Par DDK | 15 Aout 2018 | 2058 lecture(s)

ALAIN MICHEL, entraîneur du MO Béjaïa

«On doit confirmer devant la JSK»

En perspective du derby kabyle contre la JSK et après une brillante victoire à Médéa devant l’OM local, les camarades de l’excellent Kadri ont repris le travail, avant-hier.

Tous les joueurs étaient présents, excepté Soltane, à peine remis d’une blessure, qui s’est contenté de tours de pistes. Lors d’une allocution de plus de 20 minutes, le coach Alain Michel a demandé à ses joueurs d’oublier rapidement le dernier match et de se concentrer sur le prochain.

L’entraînement put ensuite commencer, avec des exercices physiques sous la houlette du préparateur physique, Salim Zaabar, et de l’entraîneur adjoint, Hamici, sous l’œil attentif du coach français et en présence de beaucoup de dirigeants du club, à leur tête, Amar Boudiab.

Alain Michel, que nous avons abordé à la fin de la séance, nous dira : «Tout le monde est là avec une dynamique positive. Le travail d’un mois et de demi a payé et a été sanctionné par une première victoire à l’extérieur. Concernant ce match justement, des erreurs ont été commises des deux côtés, avec une certaine réussite pour nous. Nos joueurs avaient la volonté pour bien prendre le match, avant de sombrer en seconde période avec 10 à 15 minutes très négatives ou on a été très mauvais. Mais on a pu maîtriser le jeu après et renverser la vapeur».

«L’adversaire ne viendra pas en touriste»

Concernant la force de caractère du groupe qui a pu revenir après avoir été mené au score, le coach n’a pas caché sa satisfaction : «Il n’y a aucun secret, seul le travail paye. C’est une équipe d’avenir à laquelle il faut faire confiance. Le football c’est marquer des buts et on se donne les moyens de concrétiser les actions. Il suffit de voir ce qu’on fait ce soir, avec un travail de 8 à 8 sur tout le terrain pour faire courir les joueurs et leur donner une certaine base physique et tactique. Pour ce qui de l’organisation sur le terrain, le jeu évolue en fonction des différentes situations et on est forcé de changer de système de jeu. Lors du match face à Médéa, la première organisation était un 4-3-2-1 et ensuite on est passé à 4-4-1-1 avec Amokrane en pointe et un Kadri en accélération sur la droite. Mais on a aussi changé le système après avoir mené au score en fin de match, pour assurer le coup, car il faut être vigilant sur le terrain pour appliquer le schéma le plus efficacement possible. Kadri a fait une bonne entrée et on l’a utilisé comme un joker».

L’entraîneur des Crabes n’a par ailleurs pas voulu trop se focaliser sur le prochain match contre la JSK, voulant éviter la pression aux joueurs. «On doit se concentrer sur la prochaine rencontre qu’on doit gagner, pas parce que c’est la JSK, qui reste un grand club et qu’on respecte, mais tout simplement pour confirmer le dernier résultat et garder cette cadence de bons résultats. Ce serait l’idéal de gagner un second match de suite, mais l’adversaire ne viendra pas à Béjaïa en touriste. Ça sera très difficile pour les deux équipes qui aspirent à bien négocier ce match que j’espère sera une fête entre frères. Mais sur le terrain, que le meilleur gagne».

Malgré l’importance du match, les deux directions veulent faire de ce rendez-vous une occasion de souder les liens. Et la visite de Kamel Marek, un officiel de la JSK avant-hier à Béjaïa, va dans ce sens. Il faut consolider les relations entre les deux clubs et préparer comme il se doit cette fête.

Z. H.

0