Par DDK | 5 Septembre 2018 | 1126 lecture(s)

CAN-2019 - Djamel Belmadi, à propos du match face à la Gambie

«J’ai pris un groupe pour gagner»

Le sélectionneur national Djamel Belmadi a animé, hier, une conférence de presse au CTN de Sidi Moussa pour évoquer sa première sortie à la barre technique des Verts, samedi prochain à Banjul, face à la Gambie pour le compte des éliminatoires de la CAN-2019.

Pour son deuxième face-à-face avec les journalistes en l’espace de trois semaines, le nouveau patron des Verts s’est montré quelque peu énervé, surtout lorsque des confères l’ont à nouveau relancé sur la question des joueurs locaux, d’autant plus que sur la liste des 25 éléments convoqués pour ce match face à la Gambie, un seul élément évolue dans le championnat national, en l’occurrence Abdelkader Bedrane, de l’ES Sétif. «Arrêtez cette hypocrisie, tous autant que vous êtes ! Vous savez que dans ce championnat-là il y a des problèmes… Vous devez reconnaître que le championnat est faible. Il faut arrêter le populisme et de mentir aux supporters», répondit Belmadi non sans déplorer le faible niveau du championnat national et par ricochet du joueur local, se disant désolé par le niveau montré par les joueurs de l’ESS et du MCA lors du match de la Ligue des champions d’Afrique auquel il avait assisté la semaine passée au stade du 5 juillet à Alger. «J'ai vu MCA - ESS en Ligue des champions, je n'avais pas l'impression qu'il y avait un enjeu important sur le terrain alors que l'ambiance dans les tribunes était extraordinaires… On a dans les clubs algériens des joueurs qui ont des qualités mais qui ne sont pas prêts pour le niveau international, vous le savez, vous le voyez. On va essayer de les faite progresser», ajoutera avec un air de dépit le nouveau sélectionneur national qui est revenu également sur les critères de sélection des vingt-cinq joueurs retenus pour le prochain match en Gambie.

«Les locaux ne sont pas prêts pour le niveau international»

«On est toujours tenus par les résultats, je sais bien. Le groupe que j’ai choisi est le plus à même de faire un résultat contre la Gambie. J’ai fait un mix entre de jeunes joueurs, d’autres qui ont de l’envie et d’autres revanchards. J’ai pris un groupe pour gagner le match», a-t-il expliqué. «On a peu de temps pour préparer cette rencontre et on a dit aux joueurs que chaque séance d’entraînement et importante et exige une concentration totale. Le premier contact avec les joueurs s’est bien déroulé. Je sens devant moi un groupe prêt à changer les choses», a-t-il ajouté. «Je n'ai pas d'appréhension par rapport à la Gambie. On a deux ou trois jours pour essayer de se préparer et retrouver un bon état d'esprit. J'ai préparé mon nouveau staff et j'ai eu un long meeting avec les joueurs, hier, pour faire un long point sur la situation», affirme le jeune technicien. «Comme toute première entrevue, tout s'est bien passé. Tout le monde est arrivé à l'heure, ce qui ne semblait pas évident avant, apparemment», avoue Belmadi à propos du stage entamé lundi soir au CTN de Sidi Moussa en présence de l’ensemble des 25 joueurs convoqués. Questionné sur la non-convocation de certains joueurs pour ce match des éliminatoires de la CAN-2019, Belmadi, qui insiste à chacune de ses réponse sur le manque de temps et surtout l’enjeu de cette rencontre, a tenu toutefois à expliquer son choix d’opter pour des joueurs d’expérience. «J'ai pensé à prendre des joueurs à observer durant les stages, mais on a pas beaucoup de temps pour ça lors de ce regroupement. Je ne conçois pas le fait d'inviter des joueurs, car ce n'est pas un mariage, mais l'idée de convoquer des joueurs comme Ounas pour les voir de près cela m’intéresse», a-t-il affirmé. «Le changement passe par une nouvelle liste de joueurs, des revanchards, des nouveaux, je redistribue les cartes, je redonne la chance mais pas éternellement. Je sens en face de moi un groupe prêt à changer les choses. J'ai dit aux joueurs que j'allais redonner la chance à tout le monde, mais que ça n'allait pas durer éternellement», assurera le successeur de Rabah Madjer à la tête des Verts. A propos de l’âge avancé de certains joueurs retenus dans la liste pour le match face à la Gambie, Belmadi, tout en avouant avoir opté pour l’expérience, n’a pas caché son ambition de donner une chance aux jeunes joueurs.

«C’est important d’avoir des leaders dans le groupe»

«C'est important d'avoir des leaders, mais l'idée n'est pas d'avoir 3 ou 4 leaders et une vingtaine de joueurs immatures. Il faut que tout le monde soit concerné», affirmera Belmadi. «Halliche ou encore Guedioura sont importants, ils sont respectés dans le groupe, ils peuvent m'aider si je ne vois pas des choses», ajoutera-t-il. Concernant la discipline du groupe au sein de la sélection nationale, Belmadi s’est encore une fois montré intransigeant sur la question. «Je sais qu'il y a eu des dépassements disciplinaires par le passé qui ont été assez loin jusqu'à casser l'état d'esprit. On va faire très attention à ça», avertit Belmadi. A propos de sa philosophie de jeu, lui qui prône une tactique basée sur la possession du ballon avec la participation des attaquants au travail défensif, Belmadi a tenu à expliquer qu’il mettra en place son système de jeu en concertation avec l’ensemble des joueurs. «Quand vous me parlez de joueurs offensifs qui ne font pas d'effort, j'imagine que vous avez des joueurs en tête. Je vais travailler avec eux». Concernant la solidarité défensive, qui semble faire défaut chez les Verts, Belmadi ne semble pas inquiet, affirmant même avoir la recette pour y remédier, citant son expérience au sein de son ex club au Qatar, avec le cas du joueur tunisien Youcef M’Sakni. «Pour la solidarité défensive et faire travailler tout le monde, je ne peux pas vous donner la recette mais je peux vous citer Youcef M'Sakni un joueur qui ne faisait pas beaucoup de travail de reconversion défensive, on a réussi à lui changer ses habitudes», affirme Belmadi. Interrogé sur l’adversaire gambien qui a perdu son premier match contre le Bénin (1-0), Belmadi a estimé avoir suffisamment d’informations pour mettre en place la stratégie adéquate pour contrer les Scorpions à Banjul. «J’ai des infos sur l’équipe gambienne, mais les images arrivent difficilement de ce pays africain. Je pense que nous disposons d’assez d’éléments pour préparer suffisamment cette rencontre et éviter toute mauvaise surprise. Nous avons la liste des joueurs gambiens mais ils ont un nouveau sélectionneur dont on ignore la manière de travailler. Une chose est sûre, j’ai envie de faire un bon résultat, nous allons tout faire pour gagner», a affirmé l’ancien international algérien. Ce dernier qui a entamé officiellement son travail à la tête des Verts lundi soir avec ce premier stage au CTN de Sidi Moussa a fait, pour rappel, appel à 25 joueurs dont un seulement évolue dans le championnat national. Il s’agit de Bedrane appelé en catastrophe la veille du début du stage pour remplacer Ayoub Abdelaoui, forfait pour ce rendez-vous face à la Gambie suite à sa blessure contracté avec son club, FC Sion (Suisse). Concernant le cas Hilal Larbi Soudani, blessé lui aussi au genou avec son club Nottingham Forrest, et donc inapte pour le voyage en Gambie, le staff technique a finalement décidé de ne pas le remplacer par un autre joueur d’autant plus que la liste contient plusieurs joueurs offensifs ayant le même profil que l’ex-attaquant de l’ASO Chlef, à l’image de Ghezzal, Benzia et Bounedjah. Les partenaires de Ryad Mahrez, qui poursuivent leur stage à Sidi Moussa en vue du match de samedi prochain contre la Gambie, s’envoleront pour Banjul demain jeudi à bord d’un vol spécial. Concernant l’arbitrage, un trio tunisien sous la conduite de Youssef Essrayri dirigera la rencontre Gambie - Algérie, prévue le 8 septembre à 16h30 (locales) (17h30 algériennes) à Bakau, pour le compte de la deuxième journée des qualifications de la Coupe d'Afrique des nations CAN-2019 (groupe D), a indiqué la Confédération africaine de football (CAF) dimanche. Le directeur de jeu tunisien sera assisté de ses deux compatriotes Anouar Hmila et Yamen Malloulchi. L'autre match du groupe D entre le Togo et le Bénin, qui aura lieu le 9 septembre à Lomé, a été confié à un trio marocain composé de Noureddine El Jafari, assisté de Lahcen Azagou et Mustapha Akerkad. Lors de la journée inaugurale des qualifications de la CAN-2019 disputée en juin 2017, l’Algérie s’était imposée face au Togo au stade de Blida (1-0) sous la conduite de l’ancien coach espagnol Lucas Alcaraz. A l'issue de la première journée des qualifications disputée en juin 2017, l'Algérie et le Bénin sont en tête du groupe D avec trois points grâce à leur succès contre respectivement le Togo et la Gambie sur le même score (1-0). Les deux premiers à l'issue des six journées se qualifieront pour la phase finale de la CAN-2019 prévue au Cameroun.
Ali Chebli

0