Par DDK | 12 Septembre 2018 | 671 lecture(s)

LIGUE 2 MOBLIS - Suite aux incidents du match face au RCK

Un match à huis clos pour la JSMB

Les incidents provoqués par les supporters de la JSMB à l’issue du dernier match disputé à domicile contre le RCK (0 - 0), n’ont pas été sans conséquences pour leur équipe. En effet, la commission de discipline de la LFP, réunie avant-hier en session hebdomadaire, a infligé une sanction d’un match à huis clos au club béjaoui en plus d’une amende financière de l’ordre de vingt millions de centimes à payer. En plus, le club phare de la Soummam sera privé de sa quotepart des droits TV pour le match en question. De ce fait, le rendez-vous de la septième journée contre l’US Biskra, qui aura lieu le vendredi 21 septembre au stade de l’UMA, se jouera à huis clos. Par ailleurs, le président du club, Belkacem Houassi, qui a été interpelé par quelques supporters pour fournir des explications sur le début raté de leur équipe favorite, les a exhortés, de son côté, à demeurer derrière l’équipe dans ces moments difficiles afin de l’aider à sortir la tête de l’eau. «Votre déception est la nôtre aussi mais je tiens à vous rassurer que les choses finiront bientôt par rentrer dans l’ordre. Nous disposons d’un effectif riche et avec le retour de tous les blessés, vous verrez le vrai visage de notre équipe inchallah», leur a-t-il annoncé, notamment à l’issue de la seconde séance de travail d’avant-hier. À propos de la succession de Biskri, Houassi dira : «On ne veut pas précipiter les choses. Pour cela, même si le temps presse, on prendra le soin de choisir le profil de l’homme qu’il faut pour sortir vite l’équipe de l’impasse».

Départ pour Boussaâda demain matin

Alors que le staff technique, composé du duo Boussekine - Hariti s’apprête, lors de l’ultime séance de travail d’aujourd’hui, à apporter les derniers réglages à son team, la direction du club a déjà prévu le départ pour la ville de Boussaâda pour demain matin. L’objectif sera celui de permettre à toute l’équipe une meilleure concentration sur le rendez-vous du lendemain contre l’ABS local, sur lequel tablent les Béjaouis pour provoquer le déclic tant souhaité.
B. Ouari

0