Par DDK | 8 Novembre 2018 | 542 lecture(s)

MUSTAPHA CHEIKHI, entraîneur du club Athlétic Djurdjura de Shou-bo

«Nous avons du potentiel, mais...»

Pour leur première participation au 1er tournoi international africain de Shou-bo qui s’est déroulé les 27 et 28 octobre dernier à Bamako au Mali, les 13 athlètes algériens représentant des équipes de Béjaïa, Tizi-Ouzou et Bouira se sont distingués en remportant six médailles, deux en or, une en argent et trois en bronze. Nous avons rencontré l'entraîneur Mustapha Cheikhi qui revient sur les conditions de préparation et les résultats obtenus.

La Dépêche de Kabylie : Félicitation, pour une première participation dans une compétition internationale votre équipe n’est pas revenue bredouille. Votre commentaire ?
Mustapha Cheikhi : Ce fut difficile au point où on a failli rater le rendez-vous. Heureusement qu’il y avait des gens que je ne remercierais jamais assez et qui nous ont aidés et permis de prendre part au 1er tournoi international africain de Shou Bo. Ceci dit, en l’absence d’une sélection nationale dans cette discipline, assimilée à la lutte chinoise, on s’est déplacé en tant que club, donc toutes les charges étaient sur nous, il y avait aussi des clubs de Béjaïa et de Tizi Ouzou. Dieu merci nous ne sommes pas revenus bredouille puisque c’est l’ensemble des membres de la délégation qui a décroché des médailles, deux en or, une en argent et trois en bronze. Les médailles d’or sont l’œuvre de Bouakache Dai, 90 kg et Sahali Amazigh, 60 kg, un excellent athlète qui a brillamment gagné tous ses combats. La médaille d’argent a été remportée par le frère d’Amazigh, Sahali Gaya dans la catégorie des 66 kg. Les trois médailles de bronze ont été remportées par Renak Khaled, 90 kg, Yahiaoui Mohand, 73 kg et moi même dans la catégorie des 81 kg.

Vous dites avoir failli rater le rendez-vous. Expliquez-vous ?
Nous sommes déjà un club qui ne dispose d’aucune subvention au niveau local et ce depuis sa création il y a trois ans. Après avoir été invité pour prendre part au tournoi, on ne savait plus quoi faire ni à qui s’adresser. Toucher la DJS de Bouira et les pouvoirs publics aurait pris beaucoup de temps et le résultat n’aurait pas été forcément positif, c’est ainsi que nous avons pris attache avec les autorités locales de Chorfa qui ne pouvaient pas faire grand chose pour nous soutenir, on a été contraints de faire du porte à porte auprès des commerçants et des citoyens; nous avons été aidés par certains et brisés par d’autres, mais cela ne nous a pas démotivé pour autant, au contraire. Je tiens, au nom du club, à remercier tous ceux qui nous ont tendu la main de près ou de loin, notamment le maire de Chorfa, ainsi que Naim Soltani de l’émission «Yed fel yed», l’entreprise Aiche et l’ensemble des citoyens du village Tiksiridéne, sans qui nous n’aurions jamais pris part au tournoi.

Votre appréciation après cet exploit ?
C’est la victoire de la volonté et de la solidarité agissante des gens. Il faut noter qu’avec peu de moyens, l’Algérie pourrait conquérir le monde dans les différentes disciplines du sport de contact et des arts martiaux. Je remercie le bon dieu pour cette réussite, que je dédie à l’ensemble des Algériens et à tous les sportifs.

Un mot sur cette initiative des jeunes d’Ivehlal qui vous ont accueillis en héros, en organisant une cérémonie en l’honneur de la délégation ?
Je ne trouve pas de mots pour les remercier tous, particulièrement les gens de Tixiridéne. Il faut souligner que l’aide appréciable de Soltani Naim, originaire du village ivehlal, qui a pris en charge plusieurs billets d’avions des athlètes. Toutefois, cette cérémonie et ces encouragements nous motivent encore plus pour maintenir cette dynamique et continuer à travailler avec panache et abnégation pour réaliser d’autres consécrations lors des prochains rendez-vous. Je suis surtout content pour l’athlète Bouakache Dai qui a décroché la médaille d’or et qui est pratiquement en fin de carrière ; le voir vivre ce moment exceptionnel est un cadeau important dans la carrière d’un sportif.

Prochaines compétitions, continentales ou mondiales, c’est pour quand ?
Ce sera pour bientôt, pour le moment nous savourons cette consécration avec d’autres sportifs, nos concitoyens et nos familles respectives, l’équipe reprendra les entraînements incessamment en prévision du grand tournoi du Shou bo qui se déroulera au mois de décembre en chine, le championnat du monde prévu à Paris (France) et le championnat arabe. Mais on songe, surtout, à trouver des sponsors.
Entretien réalisé par M’hena A.

0