Des eaux usées menacent la santé publique à Ibachirene

Partager

Le réseau d’assainissement des eaux usées aux villages Ireza et Ibachirene, relevant de la commune de Oued Ghir, est dans un état calamiteux.

Réalisé dans les années 80, pour évacuer les eaux usées des quelques maisonnettes y existant à cette époque-là ce réseau, qui souffre de sous dimensionnement et de vétusté ne peut plus assurer une évacuation saine et efficace des eaux usées au niveau de cette localité qui a connu, dernièrement, un grand essor à doubles plans, démographique et habitations. A Ibachirene, suite au bouchage de la conduite principale d’assainissement (AEU), les eaux usées se sont infiltrées dans un puits à usage entretenu appartenant à un particulier. Son propriétaire qui a fait venir un huissier de justice pour l’établissement d’un constat, menace de déposer plainte contre les autorités de l’APC de Oued Ghir, si ces dernières ne procèdent pas au nettoyage et à la désinfection de son puits. Toujours et dans le même village, le réseau d’assainissement est abîme au lieudit Aghedir. Les eaux usées continuent d’y couler à l’air libre menaçant la santé publique des citoyens. Pour cause, le lieu où s’est produite cette «catastrophe», pour reprendre les propos du chef de daïra de Béjaïa, qui s’est rendu la semaine dernière à Ibachirene, sur l’invitation du mouvement associatif local, pour constater de visu la gravité du problème, est situé sur un tronçon routier très fréquenté. Les écoliers empruntent souvent cette route pour rejoindre leurs classes à l’école primaire d’Ibachirene. En plus de cela, un terrain servant de lieu de détente et de sport aux jeunes du village est sis à quelques mètres seulement de ce réseau défectueux. Si le risque de contamination de la nappe phréatique est permanent, Khelaf, un citoyen de la localité craint l’apparition de maladies ou d’épidémies. Mouloud, qui habite à quelques pas du lieu de cette catastrophe, nous dira que les eaux usées refoulent dans sa maison. A noter aussi, que le réseau Tchi-Haf, d’eau potable, n’est qu’à quelques mètres de «la rivière» des eaux usées coulant à ciel ouvert qui s’est formée suite à la détérioration de ce réseau d’assainissement (AEU). Les pouvoirs publics sont plus que jamais interpellés pour se pencher sérieusement sur ce problème qui touche de près la santé et le bien-être des citoyens.

Boualem Slimani

Partager