“94 millions de dollars économisés début 2011”

Partager

“L’Algérie a économisé 94 millions de dollars depuis le début de l’année 2011 grâce à la lutte contre les surfacturations des médicaments”. C’est ce qu’a affirmé M. Djamel Ould Abbès, ministre de la Santé de la Population et de la Réforme hospitalière.

S’exprimant jeudi dernier, lors d’une réunion avec les experts cliniciens (chefs de service dans les CHU) portant sur l’autorisation de mise sur le marché des nouveaux médicaments, le premier responsable de la santé a indiqué que “l’Etat a économisé 94 millions de dollars de surfacturations grâce aux nouvelles mesures de contrôle du marché du médicament”.

En vue d’organiser le secteur et le marché national, le ministre de tutelle a mis l’accent sur la nécessité d’élaborer une nouvelle nomenclature nationale des produits pharmaceutiques. “Une telle nomenclature est nécessaire pour l’organisation du marché national du médicament, confronté à de nombreux dysfonctionnements», a expliqué la même source.

Selon lui, “cette démarche est destinée à opérer un toilettage de la nomenclature actuelle qui comprend quelque 6 800 produits», jugeant “ce nombre anormalement élevé”. M. Ould Abbès a dans ce contexte, relevé “le dysfonctionnement qui touche le marché du médicament et le libéralisme débridé pratiqué par certains importateurs, qui surfacturent les produits”. “Il faut savoir ce qui se passe dans ce secteur devenu lucratif pour beaucoup d’intrus, et il est temps de mettre de l’ordre à cette situation», a encore expliqué le ministre de la Santé qui a réaffirmé dans le même sillage, “l’engagement de l’Etat à encourager la production nationale”. Sur un autre registre, le ministre a assuré que “les listes de médicaments qui seront arrêtées par les spécialistes avec le ministère de la Santé seront totalement prises en charge par l’Etat”. Avant cette réunion, M. Ould Abbès avait effectué une visite de travail et de contrôle au Centre national de pharmacovigilance et de matériovigilance et au Centre national de toxicovigilance à Dely Ibrahim, au cours de laquelle il a inspecté les différents compartiments de ces deux centres. Le ministre a en marge de sa visite, mis en exergue “le rôle vital et essentiel de cet établissement en matière de veille sanitaire et de prévention des risques”.

L. O. Ch.

Partager