Des Espagnols dans la wilaya pour une race ovine locale

Partager

A l’initiative de Rachid Bouyahiaoui et de ses collègues chercheurs à l’Institut national de recherche agronomique d’Algérie (INRA), organisme relevant du Ministère de l’Agriculture et du développement rural, une équipe de chercheurs espagnols comprenant deux vétérinaires, un agronome et un chimiste, de l’université de Saragosse (CITA), a effectué du 16 au 18 octobre, une visite de travail dans la wilaya de Béjaïa à l’effet d’étudier de près les caractéristiques d’une race ovine locale, que les autochtones appellent «Tzegzaout» dont la région d’Akbou, plus précisément les localités d’Ighram et d’Ouzellaguene, en est le fief.

Cette brebis, souligne Hemanou Mansouri, ingénieur à la station de l’INRA de Oued Ghir qui a accompagné les visiteurs dans les différentes localités où vit cette espèce ovine encore méconnue à ce jour, présente des qualités zootechniques appréciables et inexplorées à ce jour et ne figure même pas dans la nomenclature des races ovines algériennes. Tzegzout est une brebis de taille appréciable qui met bas deux fois par an et qui a une portée moyenne de deux à trois agneaux. Mais les croisements anarchiques font peser sur cette race, dans un avenir plus ou moins proche, une menace de disparition pure et simple. Conscient de ce risque, l’équipe de recherche, conduite par le chercheur Bouyahiaoui, a à cœur de participer à la sauvegarde de cette race par l’étude de ses caractéristiques zootechniques dans le cadre de son élevage dans son milieu naturel. Pour plus d’efficacité ajoute-t-on, il été fait appel à une équipe de recherche du Centre d’investigation en technologie agroalimentaire (CITA) d’Aragon Saragosse en Espagne, spécialisée dans la production ovine et dirigée par le Dr José Folch. Cette équipe fera bénéficier les éleveurs algériens de son expérience en la matière, ayant déjà fait ses preuves, dans un cas similaire, notamment par la réussite de la sauvegarde et de la promotion de deux races ovines espagnoles « Autana » et « Churra Tensina ». Après des travaux intensifs qui ont duré trois jours, l’équipe de recherche Algéro-espagnole s’est engagée à trouver des moyens pouvant déboucher sur un projet de coopération bilatérale qui serait financé par la partie espagnole. Dans un avenir plus ou moins proche, lit-on dans écrit rédigé par la mission, le projet permettra, sur le plan scientifique, de sauvegarder une race ovine en péril et, sur le plan socio-économique, de fixer les populations locales dans leurs villages par la promotion de leurs activités d’élevage de cette race et les revenus qui en déboucheraient, et cela dans le cadre du développement durable. A noter que comme premier pas dans ce sens, six brebis Tzegzaout et un bélier reproducteur ont été dores et déjà achetés auprès des éleveurs de la race et ont été installés à la station de l’INRA de Oued Ghir pour observations et études.

B. Mouhoub

Partager