21 jours pour séduire

Partager

C’est aujourd’hui, dimanche, que débute la campagne électorale des partis, coalitions et indépendants en lice pour les élections législatives prévues pour le 10 mai prochain.

Tant sur le plan de la logistique que sur le plan réglementaire, tous les moyens ont été mis à la disposition des candidats indépendants et des partis politiques pour que cette échéance électorale, qui verra pas moins de 44 partis en lice, se déroule dans les meilleurs conditions de transparence et de clarté. Supports d’affichage, créneaux de passage radio-télévision, salles et espaces réservés aux meetings seront mis à la disposition des formations politiques pour faire connaître leurs programmes et candidats auprès des électeurs. C’est à la Commission nationale indépendante de surveillance des élections législatives (CNISEL) qu’échoit la mission de réguler le volume horaire de passage des partis politiques et des listes indépendantes en lice pour les législatives, en vertu des dispositions de l’article 180 de la loi électorale qui stipule que la CNISEL « délibère sur la répartition de l’égal accès aux médias publics entre les candidats ». Si pour le président de la CNISEL, Mohamed Seddiki, Tout est fin prêt pour le lancement de la campagne électorale qui débutera le 15 avril, il n’en demeure pas moins que l’opération de tirage au sort relative à la répartition équitable des temps d’antenne entre les partis à la télévision et à la radio se ferait, une fois que CNISEL aura reçu les listes de candidatures de la part du ministère de l’Intérieur. Du côté des entreprises publiques de télévision et de la radio, l’appui logistique et en moyens humains est au rendez-vous, selon des responsables de ces deux entreprises. Pour les médias, il à savoir que le Centre de presse installé au palais des Nations à Club des Pins pour enregistrer et diffuser les interventions des représentants des partis politiques ainsi que des candidats indépendants participants aux législatives est opérationnel. Ainsi et selon le directeur du service de l’information à la télévision, Lotfi Chriet, le Centre de presse a été doté d’un vidéobus itinérant « disposant de moyens modernes d’enregistrement de haute définition » outre un « studio moderne » pour enregistrer les interventions des représentants des partis et des indépendants qui seront diffusées par la télévision. Un staff de 100 journalistes et techniciens veilleront au bon déroulement de cette opération, en plus d’une équipe médiatique « mobilisée » dans chaque wilaya. 25 cellules de montage et 25 centres de diffusion ont été constitués à cette occasion. Rappelons que l’Algérie a fait appel à des observateurs étrangers pour suivre le déroulement du processus électoral et témoigner de la transparence et de la crédibilité du scrutin. Ce scrutin sera suivi par plus de 500 observateurs internationaux, dont 120 observateurs de l’Union européenne (UE), 200 de l’Union africaine (UA), 100 de la Ligue arabe, 10 de l’ONU et 20 de l’Organisation de la coopération islamique (OCI), en plus des deux délégations des ONG Carter et NDA, qui avait confirmé l’envoi de leurs observateurs.

F. Z .

Partager