Les villageois d'El Hazama interpellent le wali

Partager

Les villageois de la petite localité d’El Hazama, relevant de la commune de Lakhdaria, à une cinquantaine de kilomètres du chef-lieu de la wilaya de Bouira, se disent  » abandonnés » par les autorités locales.

Ainsi, c’est par le biais d’une pétition adressée au premier magistrat de la wilaya, dont une copie nous a été remise, que les signataires, au nombre de quatre-vingt(80), interpellent le chef de l’exécutif de la wilaya sur leurs conditions de vie jugées déplorables. En effet, les auteurs de cette pétition mentionnent le fait que  » le village de Hazama vit dans une extrême précarité », avant d’égrener les nombreuses carences dont ils disent souffrir.  » Le gaz naturel n’est toujours pas arrivé à notre commune, malgré les assurances répétées des élus locaux. L’eau potable se fait toujours attendre, et ce malgré le lancement en 2011 du projet de raccordement au réseau AEP « , peut-on lire dans ce document. Un peu plus loin, les signataires de cette pétition attirent l’attention du wali sur le fait que « le réseau d’assainissement de notre localité date des années 80 et se trouve dans un état de vétusté des plus avancées ». Autre volet abordé par ces citoyens mécontents, celui relatif à l’aménagement, notamment la réfection du chemin communal qui conduit à leur village, qui serait, selon eux, dans un état « lamentable ».    

En conclusion, les villageois dénoncent  » vigoureusement, l’abandon et le mépris » des élus locaux à leur égard et invitent le premier magistrat de la wilaya à se rendre sur les lieux, afin de constater, de visu,  » la misère et le sous-développement » qui affectent leur localités. Pour rappel, en mai 2011, ces mêmes villageois avaient fermé le siège de l’APC de Lakhdaria pendant près d’une semaine, dans le but d’attirer l’attention des autorités et de réclamer un minimum de commodités pour une vie décente.            

R. B. 

Partager