La zone d’activité en stand-by

Partager

La zone d’activité de la commune de Tazmalt, dont la création est envisagée à hauteur du lieu dit «La maisonnette», à la périphérie de l’agglomération, n’arrive pas à voir le jour. 

Le site, d’une superficie de 35 ha, censé accueillir ce futur pôle d’activité économique, demeure toujours à l’état d’abandon. Les opérateurs économiques de la région, qui languissent depuis belle lurette, en caressant l’espoir de se redéployer, doivent encore prendre leur mal en patience. « Cette ZAC demeurera un vœu pieux. Notre région végétera dans l’indigence. Les statistiques du chômage emprunteront une courbe exponentielle », analyse, sur un ton de dépit, un responsable de l’APC de Tazmalt. On apprend d’une source digne de foi que le dossier de cette ZAC est toujours au niveau de la commission du ministère de l’Agriculture. « La mise en route de ce projet est subordonné au versement du terrain en question dans le patrimoine de la collectivité locale », souligne un responsable de l’APC de Tazmalt qui appelle de ses vœux l’accélération de la procédure.  Pour l’heure, l’activité économique industrielle occupe une place marginale à Tazmalt. Une poignée de petites entreprises, versées notamment dans la filière agroalimentaire, opère dans des sites qui s’y prêtent très peu à ce genre d’activité. « La plupart des PMI sont installées dans des villas et emploient un personnel réduit », témoigne un opérateur de Tazmalt.  L’impacte socioéconomique de ces unités, en termes de résorption du chômage et de création de valeur ajoutée, est pour le moins dérisoire.                  

N. M.

Partager