Lundi d’émeutes à Ath Laqsar !

Partager

La rentrée sociale au niveau de la wilaya de Bouira, s’annonce d’ores et déjà mouvementée. Après une relative accalmie, la grogne sociale reprend de plus belle ! La commune d’Ath Laqsar, à une trentaine de kilomètres au sud-est du chef-lieu de la wilaya, a connu, tôt dans la matinée d’hier, des scènes de violences. En effet, et selon des sources locales, plusieurs dizaines de villageois en colère, issus des différentes localités de la commune, se sont dirigés vers le Centre sportive de proximité (CSP) de leur commune et l’ont incendié. D’après nos informations, les manifestants ont voulu par cet acte attirer l’attention des autorités à propos de leurs conditions de vie, qu’ils considèrent comme « honteuses et indignes ». C’était chose faite, puisque vers les coups de 09h30, et toujours selon les mêmes sources, les autorités publiques, à leur tête le Premier magistrat de la wilaya, s’est rendu sur les lieux afin de calmer les esprits et tenter de nouer le dialogue avec les protestataires. Après avoir constaté les dégâts infligés au CSP, qui a été entièrement ravagé par les flammes, le wali de Bouira essayera d’apaiser la tension, en proposant aux villageois de designer une délégation, composée de quatre personnes, dans le but de tenter d’entamer un dialogue « constructif ». Au moment où les pourparlers allaient être entamés, deux individus désignés comme des « meneurs » ont été embarqués par les services de sécurité. C’est à ce moment précis que les choses se sont envenimées. Les villageois mécontents ont pris à partie les services de l’ordre en les « bombardant » de projectiles en tout genre. Les gendarmes auront vite fait de répliquer à coup de gaz de lacrymogène. C’est l’émeute ! Les manifestants s’en sont pris à certains édifices publics et la situation aurait pu s’empirer d’avantage si ce n’était l’intervention des sages de la région, appelant les jeunes à faire preuve de retenue. En parallèle, nous avons appris que la wali, en compagnie des autres responsables, s’est « réfugié » à l’intérieur de la brigade de la gendarmerie, située non loin des lieux des affrontements.  À l’heure actuelle, un calme précaire règne au niveau du chef-lieu d’Ath Laqsar. Des informations faisant état que M. Maaskri a été blessé au cours des escarmouches, ont tout de suite fait l’objet d’un démenti formel de la part des services de la communication de la wilaya. Selon M. Laadjel Latrache, responsable des dits services : « Le wali se porte bien et n’a fait l’objet d’aucun tir de projectile », a-t-il souligné avant de préciser que « M. le wali a ordonné que le CSP endommagé soit restauré dans les plus brefs délais. D’ailleurs, les travaux de réhabilitation démarreront demain mardi (aujourd’hui, ndlr), à la première heure ». Pour rappel, ces mêmes villageois issus des localités de Tigmite, Thillouat et bien d’autres, avaient pendant le mois d’août dernier, fermé le siège de leur APC durant un peu plus d’une dizaine de jours. Cette action visait à alerter les autorités locales sur « l’urgence » de procéder au revêtement de la piste qui relie leur village au chef-lieu communal, sur une distance de 7 kms mais aussi contre le manque d’eau potable et l’absence du gaz de ville.

Ramdane B

Partager