Les gardes communaux menacent !

Partager

Les gardes communaux reviennent à la charge face à « l’absence de proposition de dialogue de la part du département de tutelle ». Ils ont décidé de reprendre la protestation, en appelant à un rassemblement  national qui sera organisé prochainement, dans la capitale. « Nous avons pris cette décision à l’issue d’un conseil extraordinaire qui a vu la participation de 39 délégués de différentes wilayas », a affirmé hier, Aliouet Lahlou, délégué national de la coordination nationale des gardes communaux. Il indiquera néanmoins que la date de la tenue de ce rassemblement n’a pas encore été fixée. Selon notre interlocuteur, ce retour aux actions de protestation est dicté par l’absence totale de volonté de dialogue de la part du département de Tayeb Belaïz, « qui persiste dans sa fuite en avant, pour ne pas faire face aux revendications de la corporation », s’est indigné M. Aliouet. Il précisera que son organisation syndicale a fait une demande d’audience auprès des responsables du ministère de l’Intérieur et des collectivités locales, mais en vain, « on ne veut pas dialoguer avec nous, sous prétexte que la coordination nationale des gardes communaux n’est pas agréée », a noté M. Aliouet. Il ajoutera que l’augmentation des pensions des retraités de cette corporation, « n’est qu’une manière de gagner du temps ». Le même responsable appelle le gouvernement à mettre en place une organisation nationale chargée de protéger les droits des gardes communaux, « qui ont enregistré 30 000 victimes, durant la décennie noire ». Il mettra l’accent sur l’injustice qu’a subie cette corporation : « nous ne sommes pas des demandeurs d’emploi. Nous avons pris les armes pour sauvegarder la République algérienne. A présent, nous voulons une reconnaissance officielle des sacrifices des gardes communaux qui se sont battus contre l’islamisme politique », a-t-il lancé. Les autres revendications de la coordination sont relatives à la prise en charge des invalides et des malades chroniques et à la catégorisation. Pour rappel, l’ancien ministre de l’Intérieur, Daho Ould Kablia, avait déclaré au mois de juin dernier, que le dossier des gardes communaux avait déjà été pris en charge. Selon lui ceux qui continuent encore la protestation auraient pour objectif de politiser.

Samira Saïdj

Partager