Abdelmalek Sellal assure et rassure

Partager

En marge de l’ouverture de la session de printemps du Conseil de la Nation, qui s’est tenue hier, le Premier ministre, Abdelmalek Sellal, est revenu sur un certain nombre de sujets brûlants de l’actualité politique nationale. Face à des journalistes qui ne voulaient pas rater l’opportunité de sa présence pour lui soutirer des réponses aux questions qu’ils ne cessent de se poser, Abdelmalek Sellal a réussi à éclairer leurs lanternes et à mettre les points sur les «i» pour toute zone d’ombre.

«Bouteflika se porte bien »

C’est ainsi qu’au sujet de la santé du Président Abdelaziz Bouteflika, question récurrente au demeurant, le Premier ministre a rétorqué que « le Président Bouteflika se porte bien, comme nous l’avons affirmé à maintes fois ». Une affirmation située aux antipodes de ceux qui ont longtemps brandi le fallacieux prétexte de l’incapacité de ce dernier à assumer sa fonction de chef de l’Etat en briguant un quatrième mandat. D’ailleurs, à ce propos, le Premier ministre a  cité l’exemple d’Angela Merkel, la chancelière allemande qui gère son pays depuis 2005 : «En Allemagne, Angela Merkel a fait trois mandats et elle peut assumer un quatrième et même un cinquième mandat, sans aucun problème.

Est-ce que ce pays est mieux que l’Algérie?», s’est-t-il exclamé .

«Vous verrez des choses nouvelles»

Concernant la campagne électorale du President- candidat, le premier ministre a affirmé que celle-ci sera menée essentiellement par les formations politiques qui soutiennent le quatrième mandat. Comprendre le FLN, le RND, le MPA et TAJ. Ne s’arrêtant pas là le Premier ministre a promis de bonnes nouvelles aux Algériens durant cette campagne électorale. «Vous verrez des choses nouvelles», a-t-il promis aux Algériens

«La revision constitutionnelle? Ça va se faire prochainement»

A la question de savoir davantage sur la révision de la constitution à laquelle s’était engagée Abdelaziz Bouteflika en  2011, le Premier ministre a indiqué que le projet de cette révision sera débattu prochainement au Parlement et qu’il ne subsiste aucun doute sur sa faisabilité. «Le président de la République a pris l’engagement de revoir la loi fondamentale du pays. Ce projet sera présenté dans les tous prochains mois», a-t-il précisé mais sans donner d’échéances précises, se contentant d’indiquer, à ce propos, qu’aucune date n’a été arrêtée pour l’instant. Aussi, il a quand même souligné que «Si les changements touchent aux équilibres du pouvoir, le projet sera soumis à référendum». Quant à la nature des changements appelés à être introduits dans la nouvelle mouture de la loi fondamentale du pays, le Premier ministre a indiqué que des discussions ont été entamées par ses soins, avec pas moins de 27 partis politiques, à l’issue desquelles des propositions ont été soumises et transmises à la commission chargée de préparer le projet de loi portant révision de la Constitution installée au niveau du gouvernement».

F. Z.

Partager