Le quartier "Merlot 1" dans la gadoue

Partager

Le quartier résidentiel « Merlot 1 », situé au Nord de la ville de Tazmalt, offre une vue désolante. Ce quartier peuplé construit par des particuliers vers le début des années 1990, où des dizaines de villas ont vu le jour, manque terriblement en aménagement urbain. Les dernières pluies qui se sont abattues ont transformé les ruelles de ce quartier en un véritable oued, où la boue et des mares d’eau stagnent dans toutes les venelles, rendant l’accès vers ce quartier difficile et même périlleux, du moment que la fange et l’eau rendent le sol très glissant, ce qui constitue un danger éminent surtout pour les personnes âgées, lesquelles peuvent au passage glisser et faire des chutes qui peuvent être fatales! «A la tombée de la pluie, notre quartier se transforme en cauchemar réel pour nous ! Les ruelles deviennent, à s’y méprendre, comme des ruisseaux, où l’eau coule de partout. Nous avons soulevé ce problème, à maintes fois, aux autorités communales, mais apparemment, le problème persiste encore !», se désole un habitant rencontré sur les lieux. En plus des habitants de ce quartier qui endurent le calvaire de ce bourbier, il y a aussi les commerçants qui se trouvent excédés par cette situation qui perdure, laquelle n’est pas faite pour arranger leur activité dont les recettes enregistrent un net recul avec les intempéries, à cause justement de la gadoue qui empêche les clients d’accéder même à leurs magasins! «Franchement, nous en avons marre, nous les commerçants du quartier Merlot 1, d’évoluer dans ces conditions lamentables de cette boue qui tapisse les ruelles. Comment voulez-vous que nos clients accèdent vers nos commerces avec cette fange et ces flaques d’eau. A la tombée de la pluie, mes recettes chutent drastiquement !», regrette, pour sa part, le tenancier d’un magasin de quincaillerie. Les automobilistes ne sont pas en reste, puisqu’ils déplorent, à leur tour, ces petits marécages qui se forment dans ce quartier à chaque pluie. «Moi, j’habite ici dans ce quartier. Je suis véhiculé mais permettez moi de vous dire que ce n’est plus un coin à habiter ! Toutes ces mares d’eau et cette boue nous gênent énormément dans nos déplacements !», conclut notre interlocuteur.

Syphax Y.

Partager