Les ravisseurs exigent une rançon de un milliard

Partager

L’affaire du rapt du tenancier du bar “Azrou” à l’est de Tigzirt, est en passe de prendre une tournure digne d’un vrai scénario hoollywodien. A en croire des sources concordantes, les ravisseurs, un groupe d’islamistes armés, ont exigé une somme globale de 1 milliard de centimes en guise de rançon, et ce, en contrepartie de la libération de l’otage. Selon les informations en notre possession, les terroristes avaient pris attache avec le fils du patron vers 1h 30 dans la nuit de samedi à dimanche dernier, soit quelques minutes à peine après leur incursion dans l’établissement sus-cité.Le choix de fixer la rançon à 725 millions de centimes affirment nos sources, n’est guère fortuit, puisque les assaillants s’étaient déjà emparés de 275 millions en forçant le coffre du bar. Toujours selon nos sources, les terroristes n’ont évoqué la rançon que lors du deuxième appel, survenu quelques heures après le premier. Après cela, le rejeton du patron recevra deux autres communications téléphoniques des terroristes, lors desquelles, il est tout bonnement instruit de ne répondre à aucun appel, hormis celui venant de leur numéro. Par ailleurs, les ravisseurs auraient également signifié à leur interlocuteur qu’ils ne sont nullement pressé d’encaisser leur “dû”, et qu’ils seraient disposés à lui accorder encore du temps si la somme exigée n’est pas prête dans l’immédiat. Une manière de dire qu’ils demeurent maîtres du destin de leur otage autant de temps qu’il le faudra. Mais aux dernières nouvelles, nous croyons savoir que, grâce à un énorme élan de solidarité au sein des “Iflissen” et de certains tenanciers de bars, la somme indiquée serait bel et bien réunie.Nous demeurons toutefois sans aucune nouvelle de M.M.S le gardien de prison que les terroristes auraient embarqué dans le même utilitaire (Peugeot Partner ndlr) qui a servi au rapt de O.B., le patron de l’établissement “Azrou”. Il est à rappeler à cet effet que le fonctionnaire est originaire de Makouda, et qu’il est âgé de 42 ans. Il aurait été identifié alors qu’il tentait de dissimuler sa carte professionnelle. Un geste qui a éveillé les soupçons des assaillants qui ont décidé, par ce fait, de le mettre en séquestration.

Ahmed. B

Partager