Six manifestants en grève de la faim

Partager

La crise qui secoue la commune d’Azazga depuis six mois ne semble pas connaître son épilogue. En effet, en plus du rassemblement permanent devant le siège de l’APC, pas moins de 6 membres de la coordination des villages observent, depuis hier, une grève de la faim pour revendiquer la dissolution de l’APC et de la commission d’enquête ministérielle. Il est à rappeler que cette grève de la faim a été prévue avant-hier par 7 personnes avant que celles-ci ne soient arrêtées par les services de la police et relâchées un peu plus tard. L’un des représentants de la coordination des comités de villages, Allouache Rachid, avance : «Nous avons prévu d’entamer la grève de la faim avant-hier, mais les services de la police sont intervenus pour nous arrêter. Après un bout de temps, ils ont fini par nous relâcher. Hier, six villageois ont décidé d’enclencher cette grève». Notre interlocuteur nous fera savoir que le croissant rouge local, après avoir installé une tente en face de la mairie, a pris soin de ces grévistes. « Les éléments du croissant rouge se sont occupés des grévistes», a-t-il réitéré. Notre interlocuteur n’a pas mâché ses mots pour fustiger les responsables. «Nous dénonçons ce déni au droit à la manifestation pacifique. Pas moins de 30 manifestants ont été arrêtés arbitrairement depuis le 15 mars dernier!», a-t-il regretté. Par ailleurs, M. Allouache souligne que 230 fonctionnaires sur les 265 que compte l’APC sont également en grève depuis le 15 du mois passé et ce, en guise de solidarité avec la coordination. «230 travailleurs de la mairie sont en grève depuis le 15 mars dernier», avancera-t-il encore. Il est à noter que depuis le 21 septembre 2014, le siège de la mairie d’Azazga est fermé pour les élus. Ce n’est que dernièrement que l’APC a été rouverte pour le maire et son exécutif, après l’intervention de la force publique. 

A. G.

Partager