L’anarchie encore et toujours

Partager

Décidément, le chef-lieu de la commune de Souk El Tenine n’est pas près de renouer avec l’ordre. Bien que la première tranche de l’aménagement urbain tire à sa fin, l’anarchie règne toujours.

Pour se frayer un chemin ou pour traverser la route qui longe la ville, notamment pendant les heures de pointe et les jours de marché il faut avoir des nerfs solides. La circulation est si dense, si lente et le code de la route n’est guère respecté. Piétons comme automobilistes ne savent plus à quelle autorité s’adresser. «Y a-t-il une autorité dans cette commune ?», demandera un camionneur sans doute étranger à la localité. La promesse de faire régner l’ordre et d’endiguer l’anarchie au chef-lieu n’est pas tenue, du moins pour le moment. Signalons que dans cette «ville», il n’y a aucun service d’ordre : ni gendarmerie, ni même la garde communale. Le chef-lieu est livré à lui-même. Les autorités locales ont pourtant commencé à prendre des mesures pour faire reculer le désordre ; les marchands ambulants ont été délocalisés vers l’axe menant à la mairie en attendant l’ouverture du marché couvert de proximité qui n’est toujours pas opérationnel depuis plus de 2 ans, et ce, pour libérer l’axe principal et fluidifier la circulation. A présent, certains commerçants, las d’attendre l’inauguration du nouveau marché tentent à chaque fois de revenir aux étalages sur l’axe principal. Les trottoirs libérés au début sont de nouveau squattés par ces commerçants ayant pignon sur roue. Les stationnements anarchiques dans tous les sens, en double et parfois en triple position n’ont jamais été rappelés à l’ordre. Les jours de marché (jeudi et lundi), il vaut mieux ne pas s’engouffrer dans la ville. Si, par hasard, une voiture évacue une urgence un malade vers la polyclinique sise à l’extrémité de la ville, autant faire appel à… super man. En somme, la ville étouffe depuis de nombreuses années. Les responsables municipaux qui se sont succédé à la tête de l’APC, tous partis confondus, n’ont pas réussi à trouver une solution à cet état chaotique. Une route d’évitement, une rocade et la présence d’agents de la régulation de la circulation sont tous indiqués pour pouvoir mettre fin à ce calvaire.

H.T

Partager