Les travailleurs de la mairie en grève

Partager

Les travailleurs de la mairie d’Amalou, sise à 70 Kms au Sud de la ville de Béjaïa, ont observé hier, une journée de grève pour dénoncer le climat d’insécurité qui règne à l’intérieur du siège de la mairie et de ses alentours immédiats. Le recours à cette action de protestation a été décidé par ces travailleurs après plusieurs plaintes déposées auprès de la brigade de la Gendarmerie, a affirmé l’édile communal, qui s’est sympathisé avec les grévistes.

«Nous avons déposé plusieurs plaintes auprès de la Gendarmerie pour dénoncer ce climat d’insécurité totale, mais rien n’a été fait», a-t-il déploré. Ces travailleurs dénoncent particulièrement le comportement d’un individu de la région qui pénètre à l’intérieur du siège de l’APC pour les embêter et prononcer à leur encontre des propos obscènes et insultants. «Il y a un individu qui s’introduit à l’intérieur des bureaux des fonctionnaires pour les importuner.

Il prononce des propos vulgaires contre les travailleuses et travailleurs en toute impunité bien qu’un rapport sur ses agissements soit transmis au wali, au procureur de la République et à la Gendarmerie», a affirmé le P/APC d’Amalou. Cette grève d’une journée, largement suivie par les ouvriers de la mairie, a, par ailleurs, pénalisé les citoyens de la commune, notamment ceux qui voulaient se faire délivrer des documents d’état civil.

Dans la commune de Kherrata, ce sont les travailleurs d’état civil de la mairie, recrutés l’année dernière, qui protestent contre le non payement de leurs salaires. Cela fait plusieurs mois que ces nouveaux salariés n’ont pas été payés. Le P/APC de Kherrata affirme que la situation de ces travailleurs dépasse ses prérogatives. «La résolution de ce problème ne dépend pas de moi. Ces travailleurs sont payés par le budget de l’Etat», s’est-t-il contenté d’expliquer.

B. S.

Partager