L’expérience du CHU Khelil Amrane intéresse les USA

Partager

Initié par le docteur Mazouzi, oncologue, et son équipe, et parrainé par le professeur Zitouni, coordinateur du plan cancer au niveau national, le projet de dépistage du cancer colorectal dans la région pilote de Béjaïa, lancé en janvier 2017, a suscité un intérêt scientifique à travers le monde. En effet, nous apprenons de la cellule de communication du CHU de Béjaïa que The HOPA Annual Conférence, du Colorado aux Etats-Unis, a invité sa jeune équipe pour partager cette expérience scientifique algérienne. Dans les précédentes éditions de la Conférence, ce sont des équipes des pays du Golfe et du centre de recherche d’oncologie du Royaume-Uni qui furent invitées. Le projet du CHU de Béjaïa consiste en la recherche de sang dans les selles de volontaires sains sans aucun signe d’appel, dont l’âge se situe entre 50 et 74 ans. Il est utile de souligner que depuis la date du lancement du dépistage à ce jour, sur les 2 562 volontaires qui se sont présentés au niveau des EPSP ciblés, on a détecté 8 cas et 95 porteurs de polypes identifiés et réséqués par les médecins gastro-entérologues. Ces polypes auraient pu évoluer vers des cancers s’ils n’avaient pas été dépistés à temps. Le cancer colorectal est un cancer fréquent dans le monde. Selon le registre de cancer de la Wilaya de Béjaïa, il y a eu 156 nouveaux cas en 2015. C’est le premier cancer le plus enregistré chez les hommes et le deuxième chez les deux sexes après le cancer du sein.

A. Gana.

Partager