Tizi Hibel se souvient

Partager

La localité de Tizi Hibel, dans la commune d’Aït Mahmoud, a commémoré avant-hier le 56e anniversaire de l’assassinat du grand écrivain Mouloud Feraoun.

Ils étaient nombreux à répondre à l’invitation de l’association qui porte son nom, pour venir assister au riche programme préparé pour l’occasion. Au siège de l’association, dont l’architecture a été conçue par l’Italien Badarakou et construit par un martyr de la région, en l’occurrence Kaci Chenane, une exposition a été mise en place. Il n’était pas question seulement d’exposer l’œuvre de Feraoun et des documents relatant sa vie, mais des photos de célèbres hommes et femmes qui ont marqué l’histoire de la Kabylie et de l’Algérie en général par leur apport chacun dans son domaine, ont été également exposées. Cette région, feront savoir les organisateurs avec fierté, a enfanté Feraoun, Matoub Lounes, Malika Domrane, Amar Kouni, Cherif Hamani, Kaissa et d’autres. Des exposés en trois langues (amazighe, arabe et français), ont été présentés. Un concours initié par l’association sur l’œuvre et la vie de Feraoun a été également au menu : «L’objectif de cette initiative est surtout d’inciter la nouvelle génération à lire et comprendre Mammeri, une façon de faire vivre cet héritage culturel», expliquera le président de l’association Mouloud Feraoun, M. Mokrane Nessah. Dans un premier temps, deux établissements ont participé au lancement de ce concours qui s’étendra dans le futur à d’autres établissements. Il s’agit du CEM Mouloud Feraoun de la ville de Tizi-Ouzou, ainsi que de celui de Rachid Aliche de Taguemount Azzouz. Cinq travaux représentant les meilleurs exposés ont été choisis. Les élèves et staff des deux établissements cités étaient présents sur les lieux. De l’autre côté de la cours, des tables ont étaient dressées pour accueillir les invités avec une collation traditionnelle offerte généreusement par les femmes du village. Les différentes délégations ont, par la suite, déposé des gerbes de fleurs sur la tombe du défunt. Au retour au siège de l’association, une séance de prise de paroles a été organisée, à laquelle ont pris part, entre autres, Malika Matoub, le sénateur Hocine Haroun, un représentant de la Direction de la culture, partie prenante de l’organisation, des représentants des APC d’Aït Mahmoud et Béni Douala, le fils d’Imache Amar et celui d’Ali Hamoutène, assassinés eux aussi le 15 mars 1962 par l’OAS. Une gerbe de fleurs a été, d’ailleurs, déposée au cimetière de M’Douha en sa mémoire. Les invités ont été par la suite conviés à une waâda offerte par les organisateurs. Notons que le programme de cette journée commémorative s’est poursuivi dans l’après-midi, par l’organisation d’une table ronde. Hier encore, un tour de cyclisme a été organisé. Ce travail, indiquera le président de l’association Mouloud Feraoun, a commencé bien avant par l’organisation d’un tournoi de football avec la participation du club de Béni Douala, ou encore une course aux sacs. Dans la commune de Larbaâ Nath Irathen, un autre programme a été tracé toujours pour l’occasion. La médiathèque de la localité sera baptisée du nom de Mouloud Feraoun, de son vrai nom Mouloud Ath Chabane. Ce dernier, pour rappel, est né le 8 mars 1913 à Tizi Hibel. C’était, entre autres, l’écrivain du Fils du pauvre, La terre et le sang, Jours de Kabylie, Les chemins qui montent et Lettre à ses amis.

Kamela Haddoum

Partager