Des villages privés de gaz naturel

Partager

Dans une correspondance adressée au début de ce mois d’octobre aux différentes autorités de l’État, un collectif de citoyens de la commune de Draâ El Gaïd, issus de certains villages, a exprimé son mécontentement par rapport au projet d’alimentation en gaz naturel dont sont privées leurs localités. «Le réseau du gaz est déployé, ou en passe de l’être, partout à travers les localités de la wilaya de Bgayet, y compris dans les coins les plus reculés de la zone rurale. Hélas, ce projet structurant et si indispensable, ne concerne pas nos villages, au grand désespoir des habitants», est-il relevé. «S’agit-il d’un retard ? D’une omission ?», s’interroge-t-on. «Dans un cas comme dans l’autre, est-il suggéré, il est plus que jamais nécessaire de remettre les pendules à l’heure, en rétablissant nos villages dans leurs droits». Contactés par nos soins, les responsables aux commandes de la municipalité déplorent l’impasse faite sur ce projet. «Le volet relatif à l’étude est ficelé en 2017 pour certains villages, et en 2018 pour d’autres, nous avons engagé plusieurs démarches, à l’effet de débloquer la situation. Nous avons obtenu des réponses favorables et nous attendons qu’elles soient suivies d’effet», soutient un membre de l’exécutif communal, affirmant partager les préoccupations de ses concitoyens. «Il y a une attente légitime et une demande qu’il faut satisfaire. La population de Bouzoughlam, Taghzouit, Takleit et Azaghar doit accéder aux mêmes avantages que les autres villages de Draâ El Kaid et d’ailleurs. Le mutisme des pouvoirs publics ne fait que renforcer le sentiment d’injustice qui étreint les villageois qui se sentent abandonnés par leurs responsables», estime un citoyen du village Azaghar. Pour sa part, un villageois de Taghzout vilipende sans ménagement la démarche des pouvoirs publics, laquelle démarche consiste à privilégier la plaine au détriment des zones montagneuses : «C’est vraiment faire fi de toute logique et ignorer le bon sens que de ne pas commencer d’abord par alimenter en gaz les localités isolées comme les nôtres, et qui subissent les rudes conditions climatiques», tempête-il.

N. M.

Partager