La fièvre du Mondial

Partager

La Coupe du monde 2006, qui élira domicile en terre allemande à partir du 9 juin prochain, est le sujet de discussions le plus répandu ces derniers jours sur les hauts plateaux d’Ath Irathen. Dans n’importe quel endroit où l’on se rend, (cafés maures ou tout autres lieux publiqes et même dans les bus), le Mondial devient la préoccupation de la population. Même en 1982, lorsque l’Algérie avait surclassé l’Allemagne de l’Ouest, ceux qui se souviennent affirment que le tournoi espagnol ne suscita pas autant d’engouement et de passion que celui-ci. Mais vous l’avez certainement compris, ce n’est pas de terrains ou bien des favoris que l’on parlent mais d’un fait inquiétant et sans précédent à la fois : allons-nous voir ce Mondial ?Alors que le bouquet TPS propose pour ses abonnés tout un nouvel équipement pour pouvoir suivre cet événement, à savoir la haute définition (HD), et que ce bouquet-là vient de crypter toutes les chaînes susceptibles de transmettre les rencontres, les Algériens s’apprêtent à vivre la Coupe du monde par la voix des transistors, comme au bon vieux temps. Même les chaînes en clair, TF1 et M6 en l’occurrence, qui ont assuré les diffusions de presque la totalité des rencontres, seront cryptées à l’heure des matchs, affirme un responsable de France Télévision. La détentrice des droits de retransmission dans le monde arabe, Art, a répondu par le négatif à toute autre chaîne voulant négocier un éventuel achat, même notre Unique n’a pas échappée à cet embargo. Que reste-t-il pour les mordus du foot devant tout cet acharnement pour être branches sur la Deutchland si ce n’est mettre tous leurs espoirs sur les hackers pour trouver la clef permettant d’accéder au téléchargement automatique des codes TPS. Ces hackers, justement, se sont mis au travail de décryptage dès que l’écran noir a prévalu sur le numérique, et ont même réussi à décrypter le démodulateur de marque Cherokee 9000, en attendant le reste. Ce qui n’était qu’un jeu par le passé, devient aujourd’hui un véritable business. Tenter de priver les gens des prouesses de Ronaldinho ou encore des roulades de Zizou, relèvera de l’aberrance. Mais voilà : les millions de dollars n’ont jamais été aberrants, eux.

K. Fridi

Partager