Les prix flambent à Tizi Ouzou

Partager

La pomme de terre à 55 DA le kilo, la tomate à 70, le poivron à 60 ainsi que la salade.

Hier, la mercuriale du marché couvert de la ville de Tizi Ouzou effrayait les citoyens qui peinaient à trouver une explication raisonnable à cette flambée inédite des prix des fruits et légumes cette semaine. Les prix exorbitants ne sont pas sans rappeler ceux appliqués durant le mois de Ramadhan, ce phénomène peut s’expliquer, même subjectivement, par le fait que le citoyen aurait tendance à manger démesurément. Quelle explication donner à cette augmentation ?

Au marché couvert du centre-ville de Tizi Ouzou, la pomme de terre était affichée à 55 DA, la tomate à 70 DA, le concombre à 70 DA, le poivron à 60 DA, les carottes à 35 DA, les pêches à 160 DA, la salade à 60 DA, la courgette à 35 DA, l’oignon à 25 et le haricot vert à 60 DA, des prix Censés être les moins chers du marché. A Tadmaït, des citoyens ont acheté la pomme de terre à 75 dinars le kilo alors que le marché de gros est situé dans cette localité, à 500 m du chef-lieu communal.

A la Nouvelle-Ville, le prix de la pomme de terre a atteint 65 DA.

En cette période de l’année, la population n’a pas été habituée à acheter à de tels prix. L’année dernière, en cette période, la tomate était cédée à 50 DA les trois kilogrammes.

Au marché couvert de Tizi Ouzou, les commerçants déclarent non responsables de cette situation dont eux-mêmes seraient victimes puisque toute évidence, ils vendent moins.

Sont-ce les agriculteurs ou seraient les grossistes qui seraient derrière cette flambée ?

Les pères et mères de famille croisés hier au marché, ne savent plus à quel saint se vouer. Tous déplorent cet état des lieux et s’interrogent sur le rôle des autorités dans ce genre de dépassements. “Faut-ils mourir de faim d’abord pour que l’Etat réagisse ?”, s’indigne le père de six enfants qui quitte le marché le couffin vide ou presque. En fait, il a acheté deux kilos d’oignons à 50 dinars.

Arezki Bougaci

Partager