Un colloque sur «Le statut de l’amazighité dans les médias algériens»

Partager

«Les médias algériens et les questions liées aux usages de la langue amazighe» est le thème d’un colloque qu’organise le Haut Commissariat à l’amazighité, HCA, où il sera question du statut de la langue amazighe au milieu de l’évolution que connaît tous les systèmes de communication en Algérie, et dans lequel tamazight se trouve quasiment écarté, et ce malgré les orientations prises par l’Etat depuis 1995, l’année de la création du HCA, annonce un communiqué parvenu à notre rédaction. La langue berbère reste une langue marginalisée et ne bénéficie nullement du développement médiatique réalisé par l’Algérie, explique encore le communiqué, qui ajoute par ailleurs qu’elle reste la seule langue qui ne possède pas un grand nombre de radios locales et de chaînes télévisées mis à part quelques émissions qui ne mettent pas en valeur toute la culture et la richesse de cette langue. En plus de cette marginalisation, les secteurs publics font la sourde oreille et ne prennent aucune initiative pour changer cette situation qui est pour le moins que l’on puisse dire : dramatique. Et c’est ce que démontre la constitutionalisation de la langue amazighe en avril 2002, qui a été complètement négligée et n’a eu aucun effet ni sur les institutions ni sur les médias où le droit à l’information est censé être garantie à tous les citoyens algériens, et ce quelle que soit la langue utilisée mais, cela n’est apparemment pas le cas de tamazight. Le HCA ainsi que les participants se proposent dans ce colloque et d’après leur communiqué de se «pencher sur les véritables causes de cette inertie et proposer la relance d’une véritable politique nationale de l’amazighité à même de satisfaire les revendications légitimes des populations concernées et, aussi, éviter des conflits inutiles».

Selon la même source, plusieurs sujets seront traités tels que : le droit à l’information, la langue amazighe dans les médias et le droit, les télévisions satellitaires et les espaces médiatiques et d’autres sujets encore.

Le colloque a donc pour but de briser le silence dans lequel la langue amazighe essaie d’évoluer et de s’imposer depuis bien longtemps.

Thiziri Kardache

Partager