Des chiffres et des maux à Bouira

Partager

La rentrée scolaire 2008-2009 intervient dans un contexte particulier et des plus pénibles eu égard aux multiples dépenses et aux contraintes financières auxquelles sont confrontés les chefs de famille en ce mois de Ramadhan. A coup sûr, les parents, qui peinent déjà à garnir comme il se doit la meïda du ftour, sont déjà harcelés par leur progéniture qui exige à l’occasion de la rentrée des classes et comme l’entend la tradition des habits neufs d’abord, de la fourniture et des manuels scolaires par la suite. En termes de chiffres communiqués par les services de l’Académie, il ressort que l’année scolaire qui s’annonce va connaître des aléas en matière de places pédagogiques que le secteur met à la disposition des milliers d’élèves scolarisés à travers les 45 communes de la wilaya et en particulier dans le cycle moyen. Ceci étant, il y a lieu évoquer d’abord le manque d’infrastructures d’accueil qui caractérise cette rentrée scolaire pour laquelle certains observateurs émettent déjà des réserves quant à sa réussite. Surtout quand on sait que de nombreux établissements sont des projets qui viennent juste d’être lancés ou en cours de réalisation. Dans ce chapitre, on croit savoir que 2 lycées, 9 collèges et 19 groupes scolaires sont toujours en chantier et leur réception n’est pas pour demain. Alors que les chiffres communiqués font état de 71 364 élèves dont 13 237 inscrits en première année primaire. Pour le cycle moyen le nombre global des élèves inscrits est de l’ordre de 66 817 élèves répartis sur les 93 CEM déjà existants. Dans le secondaire où pas moins de 23 099 élèves sont inscrits la situation n’est guère reluisante car aucun nouveau établissement ne vient appuyer les 34 lycées que compte la wilaya depuis 2006. Autrement dit, le retard qu’accuse le secteur de l’éducation en matière de disponibilité d’infrastructures risque de compromettre la scolarité des élèves durant la période 2008-09. En ce qui concerne le transport scolaire, il faut dire aussi que pour cette année le déficit est énorme sachant que plus d’une quarantaine de communes sont concernées par le déplacement des élèves alors que le secteur de l’enseignement à Bouira avance un manque de 54 bus de ramassage scolaire. En parlant des besoins en livres scolaires, pour cette année les responsables du secteur avancent un taux de couverture de 100% dans les différents cycles de l’enseignement. En termes de solidarité, le nombre d’élèves devant bénéficier de la prime des 2000 DA est de 65 000 élèves. Ces derniers auront également l’avantage d’avoir des livres gratuitement au même titre que les enfants des travailleurs et des employés du secteur de l’éducation dont le nombre avancé est de 18 254 élèves tous cycles confondus. Soulignons par ailleurs que les candidats au concours des PCEF (Professeurs de collège et de l’enseignement fondamental) passé en juillet dernier, attendent toujours les résultats de l’examen dont l’annonce ne devait en aucun cas dépasser le début du mois de septembre. On croit savoir à ce propos qu’à travers le territoire national seule la wilaya de Bouira n’a pas encore proclamé les dits résultats pour des raisons que tout le monde ignore.

S. Soumia

Partager