Le vol de voitures reprend

Partager

Le phénomène de vol de véhicules touche encore la ville de Seddouk En fait toute la population est tombée dans le désarroi, et la psychose a gagné une large partie des propriétaires de véhicules qui n’ont pas de garages où un endroit sûr de stationnement.

Après avoir passé trois années paisibles sans enregistrer aucun vol, la mafia frappe à nouveau, les propriétaires inquiets se demandent déjà àqui le tour. En fait, un véhicule tout neuf de marque Hyundai accent a été volé le mercredi passé au petit matin du 3 novembre, et quatre autres tentatives de vol ont été avortées au cours de la même semaine grâce à la vigilance des habitants et des éléments de la sécurité.

La semaine en cours n’est pas moins mouvementée car un camion de marque Savième a failli être volé aussi ce samedi aux environs de deux heures du matin au quartier d’El Misabe avant qu’il ne se renverse suite à une poursuite spectaculaire des habitants, malheureusement les voleurs ont pu se sauver. Pour revenir au vol précédent qui a eu lieu à la cité des 48-Logements, une enquête aussi tôt a été ouverte par la police après dépôt de plainte.

Certes, ce dernier acte s’est produit à une heure avancée du matin. De plus le propriétaire a affirmé à des proches que son véhicule était garé près du trottoir non loin de sa demeure et que les portières étaient bien fermées, les carreaux aussi d’ailleurs. Ce vol n’est pas un incident arbitraire ou une œuvre d’une seule personne amateur mais une opération bien étudiée qui ne peut être que l’œuvre d’un groupe professionnel bien organisé qui sait parfaitement où et quand il faut opérer. Des témoins de la cité des EPLF ont affirmé surprendre un groupe de voleurs en train de voler un véhicule, pourchassés ils ont pris la fuite et réussi à s’échapper.

Certains parlent d’un important réseau de voleurs de véhicules qui active dans la région. Les services de la police ont intensifié les investigations et les interpellations àfin de retrouver des pistes de recherche pour démanteler le réseau présumé et mettre un terme à ce fléau.

M.C. Aït Meziane

Partager