Une enveloppe de 2,2 millions d’euros pour l’Algérie

Partager

Un budget de 2,2 millions d’euros est mis à la disposition de l’Algérie pour la mise à niveau de l’accord d’association, et ce, durant une période qui s’étend de 2007 à 2010 « , a affirmé hier Son Excellence Laura Baeza, ambassadrice et chef de la délégation de la Commission européenne en Algérie. S’exprimant lors d’une conférence-débat organisée au centre de presse d’El Moudjahid, S.E. Laura Baeza a confirmé que « l’Algérie reçoit en moyenne 50 millions d’euros par an, de l’Union européenne, dans le cadre de la coopération euro-méditerranéenne et de l’aide au développement ». Sur un autre volet, et en ce qui concerne l’élection présidentielle en Algérie, la conférencière a annoncé que « la Commission n’envisage pas d’envoyer des observateurs sans que l’Algérie ne le lui demande. Nous accordons beaucoup d’intérêt à élection présidentielle mais nous restons neutres, nous ne pouvons pas prendre position là dessus », a-t-elle ajouté.

Concernant, la libéralisation énergétique, l’oratrice a indiqué que la commission européenne est en train d’étudier la mise au point du règlement de la libération du prix du gaz. Car, selon elle, il est difficile de faire marche arrière.

Evoquant le processus de Barcelone, Mme Baeza s’est félicité déclarant que « ce dernier a été un grand succès contrairement à ce que pensent certains pays qui disent que le processus en question a été un échec ». Pour illustrer ses propos, elle a fait savoir que ce processus a pu améliorer et approfondir des relations avec tous les pays du Sud, tout en précisant ceci : « C’est vrai que ce processus n’a pas ramené la paix au Moyen-Orient, mais cela ne représente pas son objectif. » Dans le même ordre d’idées, elle a souligné que le statut d’Israël a été suspendu du processus de Barcelone depuis le mois de novembre dernier.

Abordant par ailleurs le phénomène de l’immigration clandestine, elle s’est contentée de dire que ce phénomène est un problème général auquel le gouvernement essaye de trouver des solutions.

A une question sur le blocage causé par l’Union européenne et les Etats-Unis pour l’adhésion de l’Algérie à l’Organisation mondiale du commerce (OMC), comme l’avait confirmé le ministre du Commerce, l’ambassadrice a répondu  » nous sommes en négociations avec l’Algérie concernant son adhésion à l’Organisation mondiale du commerce ». Par ailleurs et concernant l’accord stratégique entre l’Algérie et l’UE, la même source dira qu’il n’est pas encore à sa fin, tout en espérant son aboutissement.

Pour la position de l’Union pour la Méditerranée concernant les massacres de Gaza, l’ambassadrice a insisté sur le fait que cette dernière a été d’un grand support pour la Palestine ces dernières années. Pour preuve, une aide de 60 millions d’euros a été destinée aux Palestiniens, affirme-t-elle. « Ce qui m’a choqué le plus, c’est la position des pays arabes face aux massacres du peuple palestinien », a-t-elle déploré. S’agissant en outre de l’agenda de réunions techniques prévus pour cette année, elle a expliqué que l’agenda concernera dix comités et sous-comités.

Lemya Ouchenir

Partager