“Le devenir de la culture dépend de vous”

Partager

Décidément, la culture à Bouira s’est franchement engagée à récupérer le terrain infecté, une décennie durant, par l’inculture intégriste. A priori, l’objectif était mission impossible. Mais, au grand bonheur des Bouiri(e)s, la volonté du directeur de la culture et celle de ses collaborateurs y sont arrivées. A cette volonté d’aller de l’avant affichée par la direction de la culture, s’ajoutent, il faut le souligner, la prédisposition et l’engagement du premier magistrat de Bouira à secouer le cocotier de la wilaya. C’est avec cette agréable combinaison de volonté que l’on doit les événements culturels d’envergure nationale qu’a vécus Bouira, en l’espace d’une année. Et c’est aussi cette volonté de redorer le blason de la culture à Bouira qui a rassemblé, lundi dernier, les artistes pour marquer la journée nationale de l’artiste. Ils étaient une quarantaine à répondre à l’invitation de la direction de la culture. Poètes, écrivains, artistes peintres, chanteurs, dramaturges… étaient rassemblés au niveau de la salle des conférences de la Maison de la culture Ali Zamoum. A la joie des retrouvailles, s’est jointe celle de la victoire des Verts contre les Egyptiens à telle enseigne que les interventions des uns et des autres étaient entrecoupées par des « one, two three viva l’Algérie ! »

D’ailleurs, le premier à prendre la parole, Omar Reghal, le directeur de la culture, ne manquera pas de souligner qu’il était « heureux de fêter la journée de l’artiste au même temps que la victoire des Verts ».

Cela étant dit, il rendra hommage à ses hôtes, avant de leur parler des objectifs que sa direction s’est assignée. Il sera question, entre autres, des différents ateliers qui seront ouverts et mis à la disposition de la population incessamment. Des ateliers qui fonctionneront toute l’année et qui participeront sans aucun doute et d’une manière efficace à rattraper l’incurie. L’orateur parlera aussi des projets qu’il nourrit pour la wilaya et qu’il aspire enraciner pour de bon. Pour finir son intervention le directeur dira : « Cette Maison de la culture et les autres infrastructures ne valent rien en votre absence. Le devenir de la culture à Bouira dépend d’abord de vous ! »

Après cette prise de parole qui a permis aux uns et aux autres d’avoir une meilleure perception à propos des ambitions de la direction de la culture, des attestations honorifiques et des cadeaux symboliques sont remis aux artistes.

T.O.A

Partager