Les communaux gèlent leurs grèves cycliques

Partager

Le conseil national du secteur des communes (CNSC) a décidé de geler la grève cyclique de deux jours de chaque semaine (mardi et mercredi). Le CNSC affilié au syndicat national autonome des personnels de l’administration publique (Snapap) a décidé également le gel de son action de protestation prévu à Alger le 27 juillet prochain, et ce, jusqu’à la date de la relance des mouvements de contestation prévus dès la rentrée sociale en septembre prochain.

« Cette décision est le fruit d’une réflexion engagée avec la base et les membres du conseil national en cette période des congés annuels et à l’approche du mois de Ramadhan « , lit-on dans le communiqué du CNSC, rendu public hier.  » Le CNSC appelle les travailleurs des communes à accroître la mobilisation afin de faire aboutir leurs revendications légitimes devant le mépris et l’irresponsabilité des pouvoirs publics, qui jusque-là feignent d’ignorer les doléances des communaux en s’entêtant dans la fuite en avant quant à la promulgation du statut particulier et du régime indemnitaire du secteur « , a indiqué le même communiqué.  » Jusqu’à quand les pouvoirs publics continueront-ils leurs manœuvres dilatoires et pousser vers le pourrissement de la situation ? « , se sont interrogés les membres du CNSC.  » Malgré la vaste mobilisation des travailleurs des communes qui ont consenti d’incommensurables sacrifices depuis plus d’une année déjà en observant un mouvement de grève de plusieurs semaines et de grandioses rassemblements, les pouvoirs publics n’ont pas daigné satisfaire les revendications d’un secteur qui patauge dans une situation socio-professionelle des plus lamentables depuis de longues décennie « , a déploré la même source.  » Les pouvoirs publics ont, en revanche, intensifié la répression et les intimidations contre les communaux durant tout notre mouvement de revendication « , a ajouté la même source. Il convient de rappeler que la plateforme de revendications des travailleurs communaux tourne autour  » du respect des libertés syndicales et le droit de grève, la réintégration de tous les syndicalistes licenciés et suspendus arbitrairement, l’amélioration du pouvoir d’achat des travailleurs communaux en harmonie avec le coût de la vie « . Les travailleurs des communes réclament également  » l’ouverture des négociations sur le projet du statut et du régime indemnitaire des communaux et dans l’élaboration de toute la réglementation relative au monde du travail, la révision du statut particulier des corps communs des ouvriers professionnels, des conducteurs et des gardiens, l’intégration en priorité de tous les contractuels et vacataires en post, l’abrogation de l’article 87BIS de la loi 90/11, ainsi que le maintien du régime de la retraite sans condition d’âge « .

L. O. Challal

Partager