Accueil A la une Brahim Izri, le troubadour des temps modernes

PARUTION - Nouvel essai de Abdelkrim Tazarout

Brahim Izri, le troubadour des temps modernes

385

Il n’y a sans doute pas de meilleur hommage à rendre à un artiste ayant marqué son temps que d’écrire un livre sur lui, afin de le raconter d’une autre manière. De nombreux livres ont été publiés jusque-là sur les chanteurs kabyles, mais il s’agit le plus souvent d’artistes que la dimension poétique a plus distingués. Mais cette fois-ci, Abdelkrim Tazarout a choisi d’écrire sur un chanteur particulier qui s’est distingué beaucoup plus par ses innovations musicales apportées à la chanson kabyle, au moment où cette dernière en avait le plus besoin.

Il s’agit du regretté Brahim Izri, dont les chansons et particulièrement les musiques ont bercé plusieurs générations de mélomanes. «Brahim Izri, le troubadour des temps modernes» est le titre du livre que vient d’éditer l’écrivain-journaliste connu Abdelkrim Tazarout. Dans le style fluide et attractif qui est le sien, il revient avec moult détails sur les étapes marquantes de la vie et du parcours de ce grand artiste, ayant composé des chefs d’œuvre de la chanson kabyle moderne, chantés par lui-même mais aussi par de célèbres autres chanteurs, comme Idir avec lequel Brahim Izri a fait un long chemin.

De la naissance de Brahim Izri, le 12 janvier 1954 à Ath Yenni, à son décès, suite à une longue maladie, le 5 janvier 2005, à Paris, Abdelkrim Tazarout revisite l’artiste sous toutes ses facettes. Une enfance marquée de manière indélébile par les séquelles de la guerre d’indépendance puis les premiers pas dans la chanson, après avoir été bercé dans son enfance par les chants religieux de la zaouia de Cheikh Sidi Belkacem à Ath Yenni. L’auteur du livre passe également en revue l’engagement de l’artiste, en faveur de son identité amazighe frappée de déni pendant des décennies.

L’éveil identitaire a été, pour rappel, une préoccupation de pas mal d’artistes de la même génération que Brahim Izri. Il fallait dire par la chanson tout ce qui était censuré ailleurs. Pour enrichir son livre, l’auteur a fait appel à de nombreux amis du défunt qui ont apporté des témoignages vivants sur les moments partagés avec lui. Le livre d’Abdelkrim Tazarout offre également au lecteur les textes des poèmes chantés et écrits par Brahim Izri avec des traductions en langue française. Un très bel hommage rendu à un artiste qui mérite tous les égards.

A Mohellebi