Accueil A la une Fin de la grève à la faculté des sciences humaines

UNIVERSITÉ DE BOUIRA - Alors que le blocage demeure au département de tamazight

Fin de la grève à la faculté des sciences humaines

128

En grève depuis plus de trois semaines, les étudiants de la faculté des sciences humaines et sociales de l’université Akli Mohand Oulhadj de Bouira ont mis fin, hier dimanche, à leur action de protestation. Ainsi, la pédagogie a repris hier au niveau de la totalité des départements que compte cette faculté. Le siège de l’administration fermé par les étudiants protestataires a été également rouvert. Ce retour à la normale intervient suite à une réunion qui a regroupé, samedi dernier, le doyen de cette faculté avec des représentants des étudiants qui lui ont exposé leurs principales revendications.

Des demandes qui ont été satisfaites pour leur majorité, selon les représentants des étudiants qui citent notamment la revendication pour un accès généralisé vers la première année master pour l’ensemble des étudiants diplômés en licence l’année dernière. «L’administration a reconnu la légitimité de nos revendications, comme l’accès direct et général vers la première année master pour l’ensemble des étudiants diplômés l’année dernière.

Par ailleurs, le doyen de la faculté s’est aussi engagé à prendre en considération le reste de nos revendications et d’agir rapidement pour solutionner les problèmes soulevés par les étudiants au début de cette année, à l’instar de l’insécurité, du manque des moyens pédagogiques et des enseignants encadreurs», a expliqué hier un étudiant membre du comité de cette faculté. La situation ne s’est, cependant, pas améliorée au niveau du département de langue et culture amazighes de cette même université, où les étudiants ont entamé hier leur quatrième semaine de grève.

Pour rappel, ces étudiants grévistes réclament la réintégration d’un étudiant de la deuxième année master qui a été suspendu par l’administration de ce département. Les grévistes rejettent la tenue d’un conseil de discipline pour étudier le cas de cet étudiant qui a été «suspendu à tort», selon leurs propos. Il est utile de préciser, enfin, que la nouvelle année universitaire n’est toujours pas entamée au niveau de la faculté des sciences et sciences de la matière qui compte plusieurs départements, où les étudiants passent toujours les examens de l’année précédente.

Oussama Khitouche