Accueil A la une Grève générale et marche mercredi

TIZI-OUZOU - A l’appel de l’union de wilaya de l’UGTA

Grève générale et marche mercredi

856

Un appel à une grève générale, le 22 mai prochain, et à une marche dans la ville de Tizi Ouzou a été lancé par l’Union de wilaya de l’Union générale des Travailleurs algériens (UGTA).

L’appel est adressé à tous les travailleurs exerçant dans la wilaya de Tizi Ouzou. Concernant la marche, il est précisé qu’elle démarrera à 11 heures, à partir du carrefour du stade du 1er novembre. Dans le même sillage, l’Union de wilaya-UGTA précise qu’un autre appel est désormais lancé, pour un rassemblement de protestation devant le siège de la centrale syndicale UGTA à Alger, le 12 juin prochain, à partir de 9 heures, afin d’exiger «le départ immédiat de toute la direction nationale actuelle du syndicat, à sa tête Abdelmadjid Sidi-Said».

Il y a lieu de préciser que les appels à ces actions de protestation interviennent un peu plus d’une dizaine de jour après la décision prise par la centrale syndicale et Madjid Sidi-Said à l’encontre de Bachir Ramdani, le premier responsable de l’UGTA à Tizi Ouzou. En effet, le 9 mai dernier, le secrétaire général de l’UGTA a signé une décision stipulant «la suspension de Bachir Ramdani, membre de la Commission exécutive nationale, de toutes les activités syndicales au sein de l’UGTA jusqu’à sa comparution devant la commission nationale de discipline».

La même mesure a également été réservée à deux autres membres de la Commission exécutive nationale de l’UGTA, à savoir Abdelaziz Hamlaoui et Abderrahmane Rebahi. Les actions de protestation auxquelles appelle l’Union de wilaya de l’UGTA ont été décidées suite à une réunion tenue le 14 mai dernier sous la houlette du Conseil de wilaya UGTA. La réunion a regroupé les cadres syndicaux de différents secteurs administratifs, ainsi que d’autres secteurs d’activités économiques.

Lors de cette réunion, les présents ont réitéré leur constat concernant «l’illégitimité de l’actuelle direction nationale de la centrale syndicale UGTA», en rappelant que le 1er mai dernier, Journée mondiale des travailleurs, les membres de cette direction, à leur tête Madjid Sidi-Said, «s’étaient cloitrés dans le siège national protégé par un impressionnant dispositif sécuritaire». Après cet épisode, l’Union de wilaya UGTA s’interroge : «Quel crédit reste-t-il à cette direction fantoche pour s’en prévaloir et prétendre à une quelconque représentativité ?».

En outre, l’UGTA de Tizi Ouzou accuse l’actuelle direction nationale d’être en train de fomenter et pré-fabriquer un congrès anti-statutaire dont le seul objectif consiste à lui permettre de «se maintenir à la tête de l’organisation syndicale». Et de rappeler que cette direction a, pendant très longtemps, «tourné le dos aux luttes sociales et ne finit pas de servir de béquilles à un système décadent». Enfin, l’Union de wilaya UGTA a tenu à dénoncer «les intimidations et les harcèlements administratifs que subissent certains cadres syndicaux de la part des membres squattant le secrétariat national».

A Mohellebi.