Accueil A la une Grogne à l’agence foncière

BOUIRA - Le collectif du personnel interpelle le wali

Grogne à l’agence foncière

350

Dans une lettre ouverte, le collectif du personnel de l’agence foncière de Bouira interpelle le wali sur l’urgence d’intervenir pour solutionner la situation conflictuelle dans laquelle se débat cet organisme depuis plus d’une année. Dans leur missive, les rédacteurs demandent au premier magistrat de la wilaya de mettre un «terme aux agissements arbitraires ainsi qu’à la gestion défaillante de l’actuel défaillant responsable». «Notre objectif, poursuit-on, n’est pas de défendre nos intérêts personnels.*

Au contraire, nous défendons l’intérêt commun des travailleurs qu’est la préservation et la continuité de notre établissement». Dans ce cadre, les employés de l’agence foncière mettent en exergue la situation de blocage, indiquant que «depuis l’installation de l’actuel responsable à la tête de notre établissement, la quasi-totalité des projets de l’agence foncière sont à l’arrêt et aucun effort n’a été déployé par lui (le responsable de l’agence, ndlr)». Pour les employés contestataires, «au lieu de relancer les projets», le responsable de l’établissement a «osé» affecter «les meilleurs cadres chargés du suivi de la réalisation des projets à des postes qui n’ont aucune relation avec leurs tâches (…)».

Des mesures décrites comme «arbitraires», d’autant plus que les bénéficiaires ont versé l’intégralité des tranches dues et qui en attendant payent toujours les frais de location ailleurs. Plus loin dans leur missive, les employés de l’agence foncière de la wilaya dénoncent des «exactions dangereuses» et avancent que «sur le plan interne, on ne respecte pas les réglementations en vigueur, notamment celles relatives aux critères d’accès aux postes de responsabilité», faisant état de «promotions indues, services et bureaux inutiles, transfert de hauts responsables aux postes inutiles, etc.»

En outre, les employés frondeurs parlent de l’«instauration d’un climat de discorde entre les travailleurs, afin de détruire leur confiance entre eux» et «d’insécurité au sein même de l’établissement à chaque fois que les bénéficiaires viennent le voir et lui (le responsable de l’agence foncière, ndlr) s’enfuit en toute discrétion».

Enfin, les rédacteurs du document exhortent le wali de Bouira à prendre les mesures nécessaires, arguant que «devant cette situation alarmante, il ne sert à rien de garder ce responsable dans son poste et prendre en otage l’avenir de plus de 200 travailleurs, dont la majorité sont pères et mères de famille». «Pour cela, nous vous demandons, monsieur le Wali de Bouira, de bien vouloir faire terme (sic) à cette défaillante gestion et suspendre l’actuel premier responsable devant son incompétence flagrante», a-t-on conclu.

Hafidh Bessaoudi