Accueil A la une «Il ne faut pas baisser les bras !»

Me Bouchachi, hier, à Bouira

«Il ne faut pas baisser les bras !»

389

Me Bouchachi était, hier, en conférence à la Maison de la culture de Bouira sur invitation d’une vingtaine d’avocats de la wilaya. Des gref-fiers, avocats, juges, notaires, huissiers, juristes et des centaines de citoyens ont assisté à la conférence. Me Bouchachi dira : «Tous les regards du monde sont braqués sur nous… Les médias du monde entier ont tous parlé de cette révolution pacifique et exprimé leur admiration… Ces médias ont plus évoqué l’Algérie ces deux derniers mois que durant les 10 dernières années».

«C’est un moment historique pour notre nation, d’autant plus que le peuple a souffert au cours des 20 dernières années avec une défaillance de gestion du pouvoir dans la quasi-totalité des secteurs. Avec cette stratégie de destruction planifiée de la citoyenneté et de la nation, en brisant l’économie, le système n’a pas réussi à briser les espoirs et les consciences citoyennes, mais il a réussi à renforcer la notion d’amour de la patrie en unifiant les Algériens», dira encore le conférencier.

M Bouchachi reviendra longuement sur les marches pacifiques de chaque vendredi qui rassemblent des millions d’Algériens : «Nos concitoyens viennent des USA, du Canada, de France pour participer à ces marches historiques, nous ne devons pas baisser les bras. Nous sommes à la moitié du chemin avec le départ de Bouteflika et la démission de Belaiz.

Il ne faut pas se décourager mais maintenir le rythme avec cette essence pacifique qui nous caractérise désormais devant la planète. Chaque vendredi, après les marches, des citoyens viennent me voir pour me demander si des solutions existent dans la Constitution pour que les revendications aboutissent. Je leur réponds simplement que nous devons poursuivre les manifestations de manière pacifique jusqu’à l’aboutissement de nos revendications».

L’orateur saluera, notamment, les jeunes qui maintiennent la mobilisation, ainsi que les avocats, les syndicats, les enseignants, les étudiants et les millions d’anonymes qui se joignent aux marches. Me Bouchachi réitère son appel à la mobilisation pacifique : «Nous devons rester mobilisés pour recouvrer la souveraineté du peuple, nous avons brisé le mur de la peur et nous continuerons d’investir les rues pour libérer notre pays».

Le conférencier a été longuement applaudi et les présents se sont empressés de poser des questions et d’exposer leurs interrogations quant à une sortie de la crise politique que traverse le pays.

Hafidh Bessaoudi