Accueil A la une «J’exige un poste et un contrat pour revenir»

MOULOUD IBOUD, à propos de son avenir à la JSK

«J’exige un poste et un contrat pour revenir»

2687

Intervenant avant-hier soir, sur une radio web, le porte-parole de la JSK, Mouloud Iboud, a divulgué les raisons de son éclipse et ses conditions pour un éventuel retour aux affaires du club. Interrogé sur son éloignement des affaires du club, depuis un moment, Iboud a répondu : «Je me suis éloigné de la JSK, après ma déclaration sur Mellal où j’ai dit qu’il ne fallait pas citer la famille Hannachi. Il m’a fait la remarque et j’ai répondu.

Depuis, je me suis éclipsé» répond Iboud qui afirme, cependant, qu’il exigera un poste fixe et un contrat pour revenir. «Pour mon avenir à la JSK, je vais me réunir avec les dirigeants. J’exige d’avoir un poste fixe et avec contrat», a souligné l’intervenant. Ayant répondu à un supporter qui l’a accusé de toucher de l’argent, Iboud l’a qualifié de menteur. «Je suis venu pour répondre au supporter qui m’a accusé de toucher de l’argent, mais il n’est pas venu. C’est un menteur que je défie de ramener des preuves. Je sais qu’il a été envoyé», a expliqué Iboud. Aussitôt, Nouredine Saadi est intervenu pour dire que Sid-Ali (Ndlr, le supporter) lui présente ses excuses et qu’il a été induit en erreur.

Interrogé sur la révélation qu’elle a promis de faire, après le match du PAC, Iboud a déclaré : «En ce qui concerne la révélation que je voulais faire après le match du Paradou, je veux dire : les gens m’ont accusé du vol de l’argent du transfert de Saïb à Auxerre et bien, voilà les documents. Il a été partagé entre les anciens dirigeants Baris et Ouaked.» Revenant sur le départ du milieu de terrain Benckhlifa, l’invité de la radio JOW a assuré que Hacen Zetchi a refusé de le vendre à la JSK. «Pour le cas Benkhelifa, les problèmes qu’on a eus avec les Zetchi ont fait capoter son transfert.

J’ai rencontré personnellement Hacen Zetchi qui m’a dit texto : 20 milliards et je vous le donne pas», a souligné Iboud, avant d’enchaîner sur le départ de l’ex-entraîneur Franck Dumas. «Concernant le départ de Dumas, il faut savoir que l’ancien président a consommé 64 entraîneurs en 24 ans et il y en avait même qui avaient gagné des titres : Saïb, Harouni, Belayachi mais personne n’a parlé de lui», s’est contenté de dire Iboud. A propos du Centre de formation de la JSK, il a affirmé : «Le Centre de formation a été bloqué par la wilaya, qui n’a pas encore remis le permis de construire.

On a procédé à son inauguration. On a alors égorgé un bœuf et donné la viande pour les nécessiteux. L’entreprise qui le construira et prête pour débuter les travaux, mais il manque l’autorisation de la wilaya.» L’intervenant a aussi précisé que la direction a besoin de temps pour réaliser ses objectifs et que 18 mois, c’est une courte durée. «En 24 ans de règne de l’ancienne direction, rien n’a été fait et nous, en 18 mois, on nous demande où est le Centre de formation et l’ouverture du capital», s’est étonné le porte-parole de la JSK. Interrogé sur l’ouverture du capital du club, il a répondu : «Pour l’ouverture du capital, le professionnalisme a commencé en 2010 et pendant toutes ces années, personne n’a demandé l’ouverture du capital.»

Il a également tenu à préciser qu’il n’avait pas de salaire et qu’il était bénévole, au sein du club. «Les gens disent que je touche 80 millions et d’autres 50 millions. Je défie quiconque de me ramener un chèque ou un virement en mon nom. J’ai travaillé à la JSK bénévolement depuis près de 20 mois. Je suis venu pour aider», a-t-il souligné. Pour clore son intervention, Iboud a indiqué : «J’appelle les gens à s’unir autour du club et éviter de s’attaquer à la vie privée des personnes et leurs familles.»

M. L.