Accueil A la une La justice annule l’arrêté du wali

APC de Chemini - Affaire du projet du poste électrique 400/220 kv

La justice annule l’arrêté du wali

3040

La justice a enfin tranché dans l’affaire du projet de réalisation d’un poste électrique 400/220 kv, dans la commune de Chemini, qui opposait l’exécutif municipal au wali de Béjaïa. En effet, le tribunal administratif de Béjaïa vient d’annoncer l’annulation pure et simple de l’arrêté signé par le premier responsable de la wilaya, en l’occurrence Ahmed Maâbed, lequel avait invalidé l’arrêté municipal de l’APC de Chemini ordonnant l’arrêt des travaux de ce projet.

Cette nouvelle a été confirmée, hier, par le P/APC de Chemini, Madjid Oudek : «Le tribunal administratif de Béjaïa vient de rendre son verdict dans l’affaire du poste électrique 400/220 kv en faveur de l’APC de Chemini, en prononçant l’annulation de l’arrêté du wali, qui avait, rappelons-le, annulé l’arrêté municipal. Donc, notre arrêté portant sur l’arrêt des travaux de ce projet est encore valable», a déclaré l’édile communal.

Pour rappel, cette station électrique dont a bénéficié le secteur énergétique de la wilaya de Béjaïa et projetée à Ahmmam Ugana, dans la commune de Chemini, daïra de Sidi Aïch, est en stand-by depuis plusieurs mois, suite à l’opposition de la collectivité locale. Celle-ci avait soulevé plusieurs anomalies d’ordre technique et avertit sur les dégâts que ce projet pourrait causer, notamment aux sources d’eaux naturelles existantes dans la région. «D’abord, l’entreprise réalisatrice ne détient pas le permis de construire de cette station électrique.

Aussi, les travaux engagés menacent de causer la disparition d’une source d’eau millénaire, en l’occurrence Tulmutt, qui alimente en eau potable les deux villages Louta et Boumellal. Cette source a été déjà contaminée. Les dernières analyses bactériologiques réalisées sur l’eau de la fontaine Tulmutt ont révélé qu’elle est impropre à la consommation», a expliqué le P/APC de Chemini. Ce n’est pas tout, car ce maire a également dénoncé le refus des entreprises réalisatrices de payer à l’APC de Chemini la taxe de l’activité professionnelle (TAP), qui s’élèverait, selon lui, à 10,5 milliards de centimes.

Par ailleurs, l’APC de Chemini avait subordonné le déblocage de ce projet à l’électrification de pas moins de 350 foyers de la localité. A noter que l’État a alloué une enveloppe financière de l’ordre de 800 milliards pour la réalisation de ce poste électrique devant mettre fin aux problèmes des coupures d’électricité et de chutes de tension dans la wilaya de Béjaïa.

Salma B.