Accueil A la une La justice enquête !

Le stade de 50 000 places a besoin de 12 milliards de DA pour son achèvement

La justice enquête !

1687

Le stade 50 000 places de Tizi-Ouzou ne sera pas réceptionné de sitôt. L’achèvement des travaux dépendra du déblocage de la situation au sein de l’entreprise ETRHB appartenant à l’homme d’affaires Ali Haddad. Le directeur de la jeunesse et des sports de la wilaya, lors de la session de l’APW d’avant-hier, a concédé «un retard considérable essentiellement à cause du non payement des sous-traitants mais aussi à cause de l’expiration des délais de l’entreprise ETRHB».

Ce qui a, ajoute-t-il, «freiné l’achèvement des travaux». Selon lui, le contrat de l’ETRHB a expiré le 5 mai dernier, tantdis que celui de MAPA Turc est arrivé à terme le 30 juin». Le DJS a espéré «qu’avec l’installation d’un administrateur pour l’entreprise ETRHB, il y aura une réunion pour arrêter définitivement les délais». Il a en outre expliqué qu’«un rapport détaillé relatif à l’avancement de ce projet a été établi et transmis aux autorités compétentes». Sur la base de ce rapport, poursuit-il, «la décision de préparer l’achèvement d’avenant pour arrêter définitivement les délais a été prise».

À propos de l’avancement du projet, le DJS a fait savoir que le taux physique d’avancement est à 82%. Sur le plan financier, souligne-t-il, le projet à englouti 32 milliards de dinars. Ce qui reste des travaux est évalué à 12 milliards de dinars. Rassurant que le projet n’atteindra jamais la somme de 52 milliards qui a fait couler beaucoup d’encre, le directeur de la jeunesse et des sports précisera qu’à propos des retards et du coût du projet, une enquête a été diligentée par la justice. «Une inspection sur place désignée par la justice est en train de faire son travail. Le résultat de l’enquête nous renseignera sur beaucoup de choses», note-t-il.

Pour rappel, la réception de ce grand projet, dont les travaux ont été entamés durant l’année 2010, était prévue, après plusieurs retards accumulés, pour le mois de mars dernier.

K. H.