Accueil A la une Le corps du pompier enfin retrouvé

BOUIRA - Après 18 jours de recherches intensives

Le corps du pompier enfin retrouvé

405

La nouvelle est tombée, hier matin vers 10h, après 18 jours de recherches intensives. Le corps du défunt pompier Mohamed Achour a été finalement localisé sous un amas de vase au niveau d’oued D’hous, une zone spécialement ciblée depuis l’entame de l’opération de recherche.

Il était 10h hier lorsque les pompiers ainsi que les plongeurs de la Protection civile ont sondé la vase à proximité du déversoir des canalisations des eaux usées de la ville de Bouira, à peine 100 mètres. Pour le capitaine Nassim Bernaoui, c’est un grand soulagement que d’avoir enfin pu repêcher le corps du martyr du devoir, le défunt Mohamed Achour, emporté par les eaux le 24 janvier dernier.

«Nous tenons à remercier tout le monde, au niveau central et local, en plus du ministre de l’Intérieur qui a suivi l’opération d’heure en heure, la ministre de la Solidarité nationale, les responsables de la wilaya de Bouira, l’exécutif, nos collègues pompiers qui sont restés mobilisés pendant toute la durée de l’opération en permanence, ainsi qu’un grand merci à la population de Bouira et au peuple algérien qui se sont montrés solidaires en apportant leur aide dans cette opération d’envergure avec la mobilisation des bénévoles, des membres de la société civile ainsi que les associations qui sont venues de toutes les wilayas.

C’est un moment d’émotion que de pouvoir, enfin, inhumer dignement la dépouille de notre collègue, martyr du devoir le jeune Mohamed Achour», confiera le capitaine Bernaoui au moment où les plongeurs étaient en train d’extirper le corps de leur collègue. La dépouille a finalement été acheminée vers la morgue de l’hôpital Mohamed Boudiaf de Bouira pour confirmer son identification, même si les vêtements et les équipements qu’il portait appartenaient aux agents de la Protection civile.

Une identification d’usage pour laquelle le wali de Bouira s’est personnellement déplacé pour s’entretenir avec le personnel médical chargé de l’autopsie. Les bénévoles qui étaient déployés sur plus de 30 kilomètres sont rapidement venus à l’hôpital pour s’assurer de la véracité de la nouvelle qui a rapidement fait le tour de la wilaya et de la blogosphère.

Les autorités locales ont tenu à présenter leurs condoléances à la famille du défunt tout en remerciant chaleureusement l’ensemble des participants ayant contribué à l’opération de recherches d’envergure qui a marquée la wilaya de Bouira tout au long de ces 18 jours d’efforts et de mobilisation intensive. L’enterrement a eu lieu hier après-midi juste après les résultats de l’autopsie en présence des officiels, des éléments de la Protection civile ainsi que des bénévoles issus de toutes les wilayas du pays ayant participé aux recherches depuis le début de l’opération.

Émouvantes obsèques en présence de Bedoui

Une foule nombreuse était présente hier après-midi au siège de la direction de la Protection civile de la wilaya de Bouira pour rendre un dernier hommage au jeune Mohamed Achour, martyr du devoir, emporté par les eaux pluviales le 24 janvier dernier alors qu’il était en mission.

C’était une cérémonie riche en émotion avec la présence des membres de la famille, éplorés mais soulagés enfin d’avoir pu récupérer le corps du défunt. Les hommages officiels, auxquels ont pris part le DG de la Protection civile, le colonel Boughlal, et le commandement de la wilaya de Bouira, ont été marqués par les honneurs de ses collègues, qui ont tenu à lui organiser une cérémonie digne du héros qui s’est sacrifié pour l’accomplissement de sa mission.

La dépouille mortelle du pompier, après avoir ainsi reçu les honneurs dus à son rang, a été acheminée vers sa dernière demeure, au cimetière de la localité de Chéraga. Plus d’un millier de citoyens ont assisté à l’enterrement, en présence notamment du ministre de l’Intérieur et des Collectivités locales, Noureddine Bedoui, et du directeur général de la Sûreté nationale, Mustapha Lehbri, qui occupait auparavant le poste de DG de la Protection civile.

Hafidh Bessaoudi