Accueil A la une Le Djurdjura sous la neige

IMTEMPERIES - Week-end de grisaille sur la Kabylie

Le Djurdjura sous la neige

4548

Ce fut un week-end pluvieux et froid où les premières neiges de la saison ont recouvert les cimes du massif montagneux du Djurdjura. C’est la fin de l’automne, l’hiver sonne… Il approche en accélérant le pas. Finis les vêtements légers, place aux manteaux, surtout il ne faut pas oublier les parapluies. Le ton a été donné, le week-end denier, dans la capitale du Djurdjura. Baisse très sensible de la température, forte pluviométrie et grêle. Rien d’impressionnant pour une fin d’automne, ce sont même les prémices d’une bonne saison agricole. Néanmoins, plus haut, dans les montagnes, le massif montagneux a pris une couleur blanche immaculée.

Il est vêtu d’un manteau blanc, annonçant les premières neiges de la saison. Ainsi, la neige a commencé à couvrir d’une fine couche les hauteurs des localités d’Aïn El Hammam, Illilten et Iferhounène dans la wilaya de Tizi Ouzou. Le lieu-dit Azrou N’Thor, culminant à plus de 1 800 m d’altitude, les cols de Tirourda à 1 750 m et de Chelata à 1 500 m sont recouverts par la poudreuse. A Aïn El Hammam, après le temps de brouillard et les fortes averses qui se sont abattues sur la ville de l’ex-Michelet et ces villages, une brève éclaircie, observée dans l’après-midi de vendredi (avant-hier), a dévoilé la belle surprise.

Certes, la neige dans ces régions montagneuses, qui connaît des hivers sévères enneigés, n’est pas un événement exceptionnel a priori, néanmoins, la chute des premières neiges est toujours un objet d’émerveillement chez la population et les visiteurs, qui viennent des autres régions pour vivre ce moment magique. Le blanc de la neige sur les crêtes embrasse le bleu du ciel et offre une vue paradisiaque aux amoureux de la nature. Cette année, les premiers flocons de neige viennent un peu «à l’avance», a fait remarquer un jeune habitant de la région. «D’habitude, il faut attendre la fin du mois de novembre pour voir la neige tomber sur ces montagnes», a-t-il précisé. Mais les plus âgés ne sont pas du même avis.

«La neige dans les hautes montagnes arrivait en octobre. Ce n’est que ces derniers temps qu’il neige en retard. C’est dû aux changements climatiques. Rien ne va plus même dans la nature», ironise Nna Aldjia, octogénaire, rencontrée à l’entrée du village Taourirt Amrane. Enveloppée dans son écharpe de laine rouge, elle se remémore le bon vieux temps. «On a ressenti un froid glacial ces derniers jours, c’est un signe qui ne trompe pas», ajoute-t-elle. Dans cette région, où la population a connu les angoisses des hivers rigoureux de 2007 et 2012, il n’est jamais trop tôt pour se préparer. Dans les foyers, les poêles de chauffage, en bois, à gaz ou à mazout, sont déjà allumés depuis quelques semaines.

Toujours sur les hauteurs du Djurdjura, cette fois-ci à Bouira, la neige a également fait son apparition. La station climatique de Tikjda, culminant à 1 478 m d’altitude, a enregistré ses premiers flocons de neige. Niché au cœur d’un captivant environnement dominé par le majestueux massif montagneux du Djurdjura, le Centre national des loisirs et des sports, appelé station climatique de Tikjda, est réputé pour être une destination de choix pour le tourisme hivernal. En tout cas, la chute des premières neiges n’a pas laissé indifférents les visiteurs qui ont afflué, durant le week-end passé, pour vivre ce moment particulier en famille, entre amis ou en solo.

La RN 33, menant de la station de Tikjda vers le col de Tizi N’Kouilal, a été, elle aussi, recouverte d’une couche de neige qui a atteint, par endroits, plus de 10 cm d’épaisseur. Par ailleurs, d’importantes chutes de pluie ont affecté la wilaya de Bouira, le week-end dernier. D’ailleurs, les services de Météo Algérie avaient émis un Bulletin météo spécial (BMS), annonçant des perturbations climatiques caractérisées par de fortes averses ainsi que des chutes de neige sur les reliefs dépassant 1 000 m d’altitude.

K. H., A.O.T. et Hafidh B.