Accueil A la une Les producteurs de pommes de terre dans le désarroi

BOUIRA - Conflit ouvert à la ferme pilote Boucheraïne

Les producteurs de pommes de terre dans le désarroi

4649

Des cadres du ministère de l’Agriculture ainsi que le président du Conseil interprofessionnel de la pomme de terre à l’échelle nationale et celui de la wilaya de Bouira ont tenu une rencontre, hier, au niveau de la Direction des services agricoles (DSA) de Bouira. Le conclave a été initié pour démêler l’imbroglio qui oppose les producteurs de pomme de terre aux responsables de la ferme pilote Boucheraine, auprès de laquelle ils ont loué 238 ha. Le calendrier agricole de cette ferme pilote devant être respecté pour respecter le programme de multiplication des semences de céréales, c’est tout naturellement que les producteurs de pomme de terre devraient quitter ces terres.

Cependant, évoquant le problème de l’écoulement et la mévente de leur produit, vu la baisse de son prix, ils ne veulent pas procéder à la récolte du tubercule, préférant laisser la pomme de terre enfouie sous terre, en attendant l’amélioration des cours. Une pratique qui leur évite les frais de stockage et de transport vers les chambres froides. «Les producteurs de pomme de terre sont liés par un contrat à l’administration de la ferme pilote, laquelle doit respecter le programme de multiplication des semences de pomme de terre qui lui incombe.

Nous devons trouver un compromis pour que personne ne soit lésé, ni la filière pomme de terre ni celle des céréales. C’est pour cela que nous avons convié à cette réunion les hauts cadres du ministère de l’Agriculture, les Caisses régionales de mutualité agricole (CRMA) concernées, la Chambre d’agriculture, le président du Conseil interprofessionnel de la pomme de terre à l’échelle nationale ainsi que le président du Conseil interprofessionnel de la wilaya et les cultivateurs de pomme de terre d’El Esnam.

Ensemble, nous allons trouver une solution définitive à ce problème qui surgit chaque année», a indiqué M’hamed El Bouali, nouveau directeur des services agricoles de Bouira. D’ailleurs, il souhaite trouver une solution médiane pour ne pas pénaliser les cultivateurs de pomme de terre et l’avenir de la récolte céréalière. Il faut dire que si ce problème se pose uniquement dans la région d’El Esnam et particulièrement au niveau de la ferme pilote Boucheraine, c’est à cause du périmètre irrigué qui suscite l’engouement des producteurs de pommes de terre de la région.

Pour ce qui est des cultivateurs d’Aïn Bessem, ils ne connaissent pas ces contraintes étant donné qu’ils louent des terres auprès de particuliers. Il convient de rappeler que la ferme pilote Boucheraine s’étend sur un peu plus de 1 000 ha, dont 300 sont prévus pour la pomme de terre de saison. Ainsi, si les 238 ha de pomme de terre d’arrière-saison ne sont pas rapidement libérés, c’est près de la moitié de cette superficie qui sera déduite du programme de multiplication des semences de céréales qui s’étend sur 800 ha.

Toujours selon le premier responsable de la DSA de Bouira, les semences ont été achetées ainsi que les intrants pour réaliser ce programme céréalier, tout en respectant la période d’emblavement : «Le programme de multiplication des semences de céréales obéit à un calendrier strict et ne saurait tolérer de retard sous peine de le compromettre», a estimé El Bouali. A l’heure où nous mettons sous presse, la réunion regroupant les parties concernées n’a toujours pas abouti et les producteurs de pomme de terre exigeaient des cadres du ministère des garanties solides pour écouler leur récolte.

Hafidh Bessaoudi