Accueil A la une Les Verts accueillis en héros

De retour hier à Alger avec le trophée de la CAN

Les Verts accueillis en héros

174

Les Verts, sacrés champions d’Afrique avant-hier soir au Caire, ont été accueillis triomphalement hier après-midi à leur retour à Alger.

Après une soirée folle au stade international du Caire avec à la clé le trophée de la CAN remporté face à une solide équipe sénégalaise grâce à l’unique but inscrit par Bounedjah au début d’un match très serré, les Verts ont regagné hier en fin d’après-midi Alger avec le beau trophée dans les bagages.

C’est à 13h55 minutes que l’avion transportant la délégation algérienne est atterri à l’aéroport Houari Boumediene. Le capitaine des Verts, Ryad Mahrez, la coupe en main et la médaille du sacre au cou, a été le premier à franchir la porte de l’appareil suivi par les autres joueurs, les membres du staff technique à leur tête le sélectionneur national Djamel Belmadi et les autres responsables de la FAF.

Accueillis à leur descente de l’avion par le Premier ministre Nordine Bedoui et d’autres membres du gouvernement, les joueurs, qui avaient l’air quelque peu fatigués après certainement une longue nuit de fête, ont rejoint pour quelques minutes le salon d’honneur de l’aéroport avant de prendre place dans le bus impérial réservé à l’événement pour faire le trajet d’une vingtaine de kilomètres jusqu’à la place du 1er Mai à Alger. Frappé d’un slogan fort élogieux «Fiers de vous» dans les deux langues nationales, tamazight et arabe, le bus aux couleurs nationales et à l’effigie des 23 champions d’Afrique et de leur staff technique a pris le chemin du centre-ville sous les applaudissement de centaines de supporters qui ont garé leurs véhicules aux abords de la route pour suivre le défilé de leurs champions.

Au fur et à mesure que le bus des Verts entouré par des motards de la police et de la gendarmerie avance, le cortège des fans en délire s’élargit. Certains jeunes ont eu l’audace de courir de l’autre côté de l’autoroute menant de l’aéroport vers Alger centre pour ne pas quitter des yeux les joueurs qui leur rendaient la pareille avec des saluts. Maherz, Bounedjah et autres Bellaili et Atal, tout en saluant la foule en délire, ont profité de ce moment historique pour immortaliser l’événement avec leurs Smartphones, eux qui n’ont pas cessé de répéter que la victoire en finale de la CAN est d’abord celle du peuple.

«Remporter ce premier sacre en déplacement est une première dans l’Histoire de l’équipe nationale, il ne faut pas l’oublier. On dédie ce trophée au peuple algérien qui mérite tous nos sacrifices, il va vivre des moments de joie. On joue pour lui», a déclaré tout heureux le meneur de jeu des Fennecs, Sofiane Feghouli, à l’issue du sacre qui a vu l’Algérie accrocher sa deuxième étoile africaine après celle arrachée il y a 29 ans à Alger.

«Je me sens très heureux pour toute notre nation, notre peuple, qui attendait cette deuxième étoile depuis aussi longtemps. Première CAN gagnée à l’extérieur du pays, c’est extraordinaire, surtout quand on voit d’où on vient. J’ai récupéré une équipe vraiment en difficulté. Se porter sur le toit de l’Afrique en dix mois (depuis sa nomination), c’est extraordinaire. Peut-être que je suis un peu fatigué, c’est difficile de montrer ses émotions, je réaliserai plus tard, une fois un peu plus reposé», confie pour sa part le sélectionneur national Djamel Belmadi, devenu en l’espace de cette CAN en Égypte un vrai héros national, lui qui a transformé en moins d’une année à la barre technique une équipe nationale moribonde en une machine à gagner.
A. C.