Accueil A la une Ouyahia mis en détention provisoire

Justice

Ouyahia mis en détention provisoire

693

L’ancien Premier ministre, Ahmed Ouyahia, a été incarcéré hier à la prison d’El-Harrach sur décision du juge d’instruction près la Cour suprême, au terme de près de deux heures d’audition. Le transfert d’Ouyahia vers la prison d’El Harrach, pour y être sous mandat de dépôt, a eu lieu peu avant 17h. Quelques heures auparavant, Ahmed Ouyahia s’était présenté à la Cour suprême en réponse à sa convocation par le magistrat instructeur, lui et l’ancien ministre des Travaux publics, Abdelghani Zaalane, qui, lui, est arrivé à la même institution judiciaire vers 16h.

Il sera, lui ressorti à bord de sa voiture peu après 19h, au terme de son audition. Poursuivi pour pas moins de 8 chefs d’inculpation, Ahmed Ouyahia s’est présenté hier dans le cadre du dossier relatif aux investissements et marchés attribués Ali Haddad et Mahieddine Tahkout. La justice lui reproche, entre autres, le délit d’influence dont il aurait usé dans l’octroi d’avantages et traitements de faveur au profit des hommes d’affaires, eux aussi incarcérés à El Harrach, Ali Haddad et Mahieddine Tahkout, ainsi que les deux frères de ce dernier et son fils Nabil. Le juge d’instruction reproche également à Ouyahia les délits de corruption et perception de pots-de-vin, selon la chaîne El Bilad Tv.

Dans cette affaire, 12 autres autres hauts responsables sont cités. Il s’agit de deux anciens ministres, un actuel ministre, cinq anciens walis et deux walis en exercice. Hier encore, le Conseil de la Nation a reçu la demande de la justice relative à la levée de l’immunité parlementaire de l’ex-ministre des Travaux publics, Amar Ghoul, qui occupe actuellement le poste de sénateur du tiers présidentiel.

La même chambre parlementaire a, par ailleurs, annulé la réunion de ses membres prévue mercredi prochain, pour voter la levée de l’immunité parlementaire aux deux sénateurs, anciens ministres de la Solidarité, Djamel Ould Abbas et Saïd Barkat, après que ces deux derniers ont renoncé, de leur propre gré, à cette immunité que leur confère leur poste de sénateur. Au niveau de l’APN, son bureau a reçu également, hier, la demande émanant de la justice pour la levée de l’immunité parlementaire à l’ancien ministre des Transports, Boudjemâa Talaï.

M. A. T.