Accueil A la une «Pas d’élection le 4 juillet»

TIZI-OUZOU - Médecins, avocats, étudiants et travailleurs de la SDC en marche

«Pas d’élection le 4 juillet»

704

La journée d’hier a été ponctuée par plusieurs marches pacifiques dans la ville de Tizi-Ouzou. D’abord, les avocats et les médecins ont battu le pavé dans les différentes rues et boulevards de la ville, scandant une multitude de slogans. Munis de banderoles, du drapeau national et du drapeau amazigh, les manifestants ont réclamé le report de la présidentielle du 4 juillet qui semble loin de faire l’unanimité.

En plus du boulevard Lamali Ahmed, de la Grande rue, les médecins et les avocats ont parcouru le boulevard Larbi Ben M’hidi avant de se disperser dans le calme. De leur côté, les étudiants ont traversé, la ville des Genêts après s’être rassemblés devant le portail de l’université Mouloud Mammeri. Les étudiants, dont certains parés de l’emblème national ou du drapeau berbère, ont exprimé avec la même verve les revendications qui sont les leurs et qu’ils ne cessent de réitérer depuis le premier mardi de la colère ayant succédé à la marche du vendredi 22 février 2019.

Les manifestants de l’université Mouloud Mammeri de Tizi-Ouzou ont mis l’accent également sur l’impossibilité et leur refus du maintien de la présidentielle pour le 4 juillet prochain tout en exigeant que l’on se dirige de préférence vers une relative courte période de transition afin de permettre la tenue de l’élection présidentielle qui sera à même de permettre un changement du régime et du système. Les fameux slogans habituels ont été, en outre, scandés par les étudiants, entre autres, «Pouvoir assassin», «Ulac smah ulac», «Système dégage», «Yetnahaw gaâ».

En plus donc des avocats, des médecins, des étudiants, il y a lieu de souligner que les travailleurs de la Sonelgaz ont battu également le pavé hier à Tizi-Ouzou, en sus de l’observation d’une journée de protestation hier. Les employés de la Sonelgaz, tous services confondus, ont parcouru les principales artères de la ville de Tizi-Ouzou avant de se séparer au niveau du carrefour Matoub Lounès, près de l’ancienne gare routière.

En plus des mots d’ordre inhérents au mouvement populaire pacifique, les travailleurs de la SDC (Société de distribution du centre) ont mis en avant des revendications qui sont propres à leur société, dont celui du rejet catégorique de toute tentative de privatisation de la Sonelgaz qui doit, selon les concernés, demeurer une société relevant du secteur public quoi qu’il advienne. D’autres revendications liées à leur pouvoir d’achat, aux hausses de leurs salaires, à l’amélioration de leurs conditions de travail ont aussi été exhibées, hier, lors de la marche des travailleurs de la SDC.

A Mohellebi