Accueil A la une Plusieurs projets inspectés

APW DE TIZI OUZOU - Le président et son exécutif en tournée à Ouadhias et Boghni

Plusieurs projets inspectés

984

L’exécutif de l’APW de Tizi Ouzou, conduit par son président Youcef Aouchiche, était avant-hier en visite d’inspection et de travail au niveau des communes de Ouadhias, Assi Youcef et Boghni, au sud de la wilaya. La délégation s’est d’abord rendue aux Ouadhias, où elle a inspecté les chantiers de l’EPH de 60 lits, de l’ovoïde au talweg de la ville, de la piscine, du centre sportif de proximité et du marché de proximité. À Assi Youcef, le président et son exécutif ont fait une halte au bureau de poste du chef-lieu, puis au niveau du site touristique «Tabburt El Ainçar», ensuite au stade communal qui attend d’être mis en service.

À Boghni enfin, la délégation a visité le projet de réhabilitation de la salle de cinéma locale, ainsi que le chantier d’un centre sportif de proximité, notamment la piscine semi-olympique qui traîne depuis de nombreuses années. Lors d’un point de presse tenu à Boghni, le P/APW est revenu sur la visite du jour : «Nous avons inspecté plusieurs projets important pour nos communes, à commencer par l’EPH des Ouadhias, d’une capacité de 60 lits. Mais nous entendons faire tout notre possible pour l’étendre à 120 ou 140 lits, puisque l’espace existe. Les responsables du secteur et l’entreprise ont avancé la date de la fin du premier trimestre 2020 pour sa réception.

Nous avons insisté sur le respect des délais et sur la nécessité de doter l’hôpital de tous les services nécessaires pour la meilleure prise en charge des malades de toute la région. Nous nous sommes aussi rendus au niveau du talweg des Ouadhias où un projet d’ovoïde est inscrit depuis 2006 mais qui ne démarre toujours pas. Nous y avons vu l’inacceptable, c’est une catastrophe. Une rivière d’eaux usées à quelques mètres de centaines d’habitations, c’est une situation cauchemardesque pour les habitants. Nous allons en faire une priorité. Si un sou existe au niveau de la direction de l’hydraulique ou de l’office national de l’assainissement (ONA), il devra être dépensé dans ce projet, afin de préserver la santé des citoyens. C’est une véritable sonnette d’alarme que nous tirons et que chacun prenne ses responsabilités».

2 milliards de centimes pour l’aménagement de Tabburt El Ainçar

Concernant leur halte à Assi Youcef, le P/APW expliquera : «À Assi Youcef, nous nous sommes arrêtés au bureau de poste qui souffre d’exiguïté et de dégradations multiples. La norme nationale est d’une agence postale pour 9 000 habitants, la norme de wilaya est d’une agence pour 7 000 habitants. À Assi Youcef, il y a un bureau de 4m sur 4 pour une population de 20 000 habitants. Nous avons fait toutes les démarches pour arracher un projet d’agence postale pour cette commune. Au niveau du site touristique «Tabbourt El Ainçar», nous avons convenu, avec les responsables du secteur de Tala Guilef et des forêts, d’entreprendre des aménagements avec des matériaux appropriés, sans porter atteinte ni au parc ni à l’environnement. Nous avons accordé une subvention de 2 milliards de centimes pour l’aménagement du site et sa rentabilisation.

Notre objectif est d’encourager le tourisme de montagne. S’agissant du stade communal presque totalement achevé depuis une année et qui est en attente d’exploitation, il ne reste que le problème de déplacement des poteaux d’éclairage. Nous avons insisté auprès de l’entreprise pour qu’elle le règle très rapidement. Nous ferons le nécessaire pour qu’il soit mis à la disposition des sportifs». Concernant la visite au niveau de la commune de Boghni, le P/APW détaillera : «Nous avons d’abord été à la salle de cinéma de 600 places, qui a été en partie réhabilitée, grâce à une subvention de l’APW, de 5 millions de dinars. Nous avons aussi engagé une cagnotte de 5 à 6 millions de dinars pour son achèvement. Nous avons également accordé 5 millions de dinars pour la réhabilitation de la salle des fêtes communale, comme nous avons aussi inspecté le chantier de la piscine et du stade. Nous avons donné des instructions pour améliorer la cadence des travaux», a t il conclu.

Mise en service partielle de l’hôpital des Ouadhias à fin décembre 2019 ?

La première halte de l’exécutif de l’APW a été donc sur le chantier de l’hôpital des Ouadhias, un projet de 200 milliards de centimes, en construction depuis 2014, pour un délai initial de 28 mois. Mais depuis le projet traine de retard en retard. Lors de sa visite, M. Hesbellaoui, l’ancien ministre de la Santé, avait annoncé sa livraison pour le mois de mai passé, mais ce ne fut malheureusement pas le cas. Une autre date avait ensuite été fixée pour le mois d’août dernier, mais les travaux traînent toujours.

À présent, M. Amiar, responsable à la DSP avance une nouvelle échéance à savoir la fin du premier semestre 2020 avec une projection d’une «mise en service partielle à fin décembre de l’année en cours». À noter que l’entreprise a signalé une opposition qui bloque l’achèvement du mur de clôture. S’agissant du talweg des Ouadhias à proximité des habitations, le constat est dramatique. Les odeurs nauséabondes, la multiplication d’insectes, de rats, de reptiles et d’animaux errants ont été signalés par les habitants venus à la rencontre des élus. «Cette situation est inacceptable, s’il y a un sou, il faut le mettre pour la réalisation de l’ovoïde. Nous allons tout faire pour lancer ce projet dans les meilleurs délais.

C’est un problème de santé publique», a regretté le P/APW. À rappeler qu’un projet d’ovoïde a été inscrit à l’indicatif de la commune depuis 2006 pour une enveloppe financière initiale de 11 milliards, mais à ce jour rien n’a été fait au grand dam des riverains. À la cité des 200 logements, c’est un autre constat de carences. Les habitations ne sont pas raccordées à l’électricité, du coup les fils électriques pendouillent sur les têtes des citoyens comme une toile d’araignée. Les espaces ne sont pas aménagés et sont impraticables. «Le promoteur a pris notre argent et nous a trahis. Il faut faire le nécessaire pour achever les travaux de VRD et nous brancher à l’électricité», a demandé avec insistance le président du comité de quartier.

S’agissant du marché de proximité, en attente de branchement au réseau électrique, le maire a été invité à établir une fiche technique qui sera prise en charge par l’APW, pour la réalisation du poste maçonné comme exigé par la Sonelgaz.

Un projet d’agence postale retenu pour la commune d’Assi Youcef

La deuxième commune visitée, c’est celle d’Assi Youcef relevant de la daïra de Boghni. La première halte fut au bureau de poste, exigu et dégradé. Le P/APW annoncera : «Un projet d’agence postale a été retenu au profit de la commune et le chantier sera lancé une fois les procédures administratives achevées». Au niveau du site touristique «Tabburt el Ainçar», un endroit paradisiaque non exploité.

Une cagnotte de deux milliards de centimes a été allouée sur le budget de l’APW pour son aménagement et sa rentabilisation : «Nous allons mettre à disposition deux milliards de centimes pour l’aménagement de ce site, pour valoriser ce site qui accueille quotidiennement de nombreux visiteurs qui viennent de tout le pays», a annoncé le P/APW. Au niveau du stade communal, un projet achevé depuis plus d’une année mais toujours pas mis en service à cause de poteaux d’éclairage mal placés. L’entreprise exige un avenant pour les déplacer. Du coup, le stade est pris en otage. L’on signalera également que le stade n’est doté ni de vestiaires, ni de tribunes. L’entreprise a été interpellée pour régler au plus vite tous ces problèmes et mettre le stade à la disposition des clubs locaux.

À Boghni, la délégation s’est arrêtée au niveau de la salle de cinéma dont l’orchestre a été totalement réhabilité et le balcon le sera bientôt grâce à une enveloppe financière de 5 à 6 millions de dinars débloquée par l’APW. La salle des fêtes communale bénéficiera elle aussi de travaux, avec une subvention de 5 millions de dinars. Enfin, au niveau du centre sportif de proximité de Boghni, la délégation s’est arrêtée au niveau de la piscine semi-olympique, en travaux depuis 2012. Le taux actuel d’avancement des travaux n’est que de 25%.

Hocine Taib