Accueil A la une Spectaculaire squat de 4 000 logements

Tizi-Ouzou - Les indus occupants sont passés à l’acte le week-end écoulé

Spectaculaire squat de 4 000 logements

1272

Plus de 4 000 logements de type social ont été squattés en l’espace de
48 heures à Draâ Ben-Khedda et à Tizi-Ouzou. Le maire de Tizi-Ouzou dénonce un acte «grave» et promet de restituer les logements à leurs bénéficiaires.

Les faits ont eu lieu en deux temps. D’abord ceux survenus dans la nuit de jeudi à vendredi qui ont touché 1 000 logements récemment achevés par l’entreprise Cosider au profit de l’OPGI. Les bénéficiaires sont connus depuis l’affichage de la liste en début d’année, en attendant d’épuiser les quelques recours déposés par des contestataires, avant de voir ces logements définitivement attribués.

Mais dans la nuit de jeudi à vendredi, les 1 000 unités ont été squattées, en un laps de temps qui suscite bien des interrogations sur les auteurs, mais surtout sur l’acte en lui-même que d’aucuns qualifient de prémédité. Alors que la population locale était mobilisée pour le 7e vendredi du mouvement populaire contre le système, deux autres lieux abritant des centaines de logements achevés étaient en effet pris d’assaut et squattés.

Il s’agit de 1 442 logements sociaux au pôle d’excellence de Boukhalfa, dans la banlieue ouest de la ville de Tizi-Ouzou, et 511 logements sociaux à la zone des dépôts, à la sortie Ouest de la ville des Genêts. 1 768 autres unités de diverses formules furent également squattées au niveau du pôle d’excellence, selon le maire de la commune, Ouahab Aït Menguellet, qui est intervenu au journal de 16h de la radio locale.

Le décompte fait donc ressortir 3 210 logements, toutes formules confondues, occupés illégalement dans la commune de Tizi-Ouzou et 1000 autres de type social à Draâ Ben-Khedda. Sur ce dernier site, un impressionnant dispositif sécuritaire, composé des forces de la police et de la gendarmerie, a lancé l’assaut, peu après 16h, pour déloger les indus occupants, sous les applaudissements de plusieurs centaines de citoyens venus apporter assistance aux forces de l’ordre.

L’engagement et la détermination du maire

Néanmoins, ces derniers ont été stoppés par une foule de squatteurs, à quelques dizaines de mètres du site abritant les logements. Des négociations sont engagées, croit-on savoir de sources locales. La même opération est attendue sur les sites de la commune de Tizi-Ouzou. Le maire de la commune n’a pas caché sa réprobation et son amertume face à un tel acte contre lequel il promet «l’application des lois de la République dans toute leur rigueur», a-t-il déclaré sur les ondes de la radio locale.

Ouahab Aït Menguellet n’a pas manqué, non plus, de lancer un appel à la population locale de se mobiliser derrière lui pour «déloger les indus occupants» contre lesquels il promet tous les châtiments prévus dans le cadre de la loi «même si cela devait me coûter mon poste de maire», a-t-il martelé hier soir. M. Aït Menguellet s’est par ailleurs interrogé sur la rapidité et surtout la synchronisation des squatteurs dans leur forfait perpétré sur plusieurs sites distants les uns des autres : «Je ne suis, certes, pas dans le secret des dieux, mais je trouve que ce qui s’est passé ces deux derniers jours est énorme, cela prouve que l’acte était prémédité», dira-t-il.

M. A. T.