Accueil A la une Tebboune réaffirme la nécessité d’accorder du temps au Gouvernement

Le président face à des représentants de médias

Tebboune réaffirme la nécessité d’accorder du temps au Gouvernement

986

Le Président de la République, Abdelmadjid Tebboune a affirmé que chaque citoyen recouvrera son droit, mettant en avant la nécessité d’accorder du temps au Gouvernement pour concrétiser les différentes préoccupations relatives au développement.

 « Le Gouvernement mène depuis près de 5 mois son action entravée par la pandémie du COVID-19 et il est nécessaire de lui accorder du temps pour qu’il puisse réaliser son programme », a déclaré le Président Tebboune lors de son entrevue avec nombre de médias nationaux, retransmise vendredi soir.

Le Président Tebboune a rappelé, à cette occasion, ses engagements durant la campagne électorale pour la Présidentielle du 12 décembre 2019, adressées aux différentes catégories de la société à l’image du personnel du secteur de l’Education nationale et de l’enseignement supérieur, ainsi que de la réduction des impôts pour les catégories vulnérables et autres.

Relevant certaines formes de protestations et de perturbations survenues récemment à l’instar de la fermeture des routes, le Président de la République a souligné l’intérêt qu’il accorde personnellement aux zones d’ombre, précisant que ce sont des situations suscitées.  

« Des parties poussent à l’anarchie par tous les moyens », comme il y existe « un acharnement étranger contre l’Algérie », a-t-il dit, soulignant que la question réside en « la protection du pays », d’autant que les parties qui s’acharnent contre le pays dispose de plans pour porter atteinte à l’Algérie, mais elles ne réaliseront jamais leurs desseins ».

Après avoir appelé à « la retenue et à ne pas se laisser entrainer par ces plans », le Président de la République a rassuré que « celui qui a un droit, l’obtiendra », et que « les questions de développement et de progrès nécessitent du temps ».

Le Président Tebboune a indiqué qu’à travers son suivi quotidien aux différents médias et rapports qui lui parviennent de différentes régions, il semble que « quelque chose se trame » contre l’Algérie.

« Nous ne sommes pas parfaits et nous œuvrons à sortir de la crise par la sagesse, le travail et la solidarité », a-t-il soutenu, mettant l’accent sur l’impératif de construire une économie nationale et « valoriser les points positifs » réalisés.

Il a indiqué, à ce propos, qu’il « existe des problèmes et des lacunes mais ils sont exprimés avec exagération et de manière douteuse ».