Accueil A la une Télévision algérienne: la chaine « la mémoire » lancée novembre prochain

Télévision algérienne: la chaine « la mémoire » lancée novembre prochain

356

Le Directeur général (DG) de l’Entreprise publique de télévision (EPTV) a annoncé mercredi à Alger le lancement en novembre prochain de la chaine de « la mémoire », spécialisée dans l’histoire de l’Algérie.

Après le succès du lancement des chaines « El Maarifa » et « TV6 » outre la chaine A3 qui a été érigée en chaine d’information en un temps court, le lancement de la chaine de « la mémoire » est prévu en novembre prochain, a déclaré M. Bensebane dans son allocution à l »occasion de la célébration du 58ème anniversaire du recouvrement de la souveraineté sur la Radio et la Télévision en date du 28 octobre 1962.

Cette chaine, a-t-il dit, constitue une consécration de l’approche du Président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune qui a déclaré que « celui qui ne connait pas l’histoire de l’Algérie ne peut être affectée par les images médiatiques déformées que lancent certaines sites » et qu' »il est temps d’accorder à la jeunesse algérienne une chaine consacrée à sa mémoire ».

Cette chaine sera « un nouveau défi » dans le processus des efforts consentis par l’entreprise de la télévision pour « optimiser sa performance professionnelle », a ajouté M. Bensebane.

La diffusion de ces chaines passera prochainement de la simple diffusion (SD) à la haute définition (HD), après parachèvement des mesures administratives et techniques nécessaires à cette étape.

Le Conseiller du président de la République, chargé des Archives nationales et de la Mémoire nationale, Abdelmadjid Chikhi a estimé, dans une déclaration à l’APS, que le but de la création de la chaîne dédiée à la « Mémoire » qui sera lancée prochainement, tel que décidée  par le Président de la République, est d' »instruire de nouveau le bon citoyen conscient de sa valeur historique et de la concrétisation des espoirs de son peuple et du message des chouhada ».

Pour M. Chikhi, « le besoin » aujourd’hui pour de telles chaînes, est motivé par « la mise à disposition d’un moyen de référence servant de guide pour le citoyen algérien afin qu’il puisse diriger ses pas et servir son pays », et ce, a-t-il ajouté, « dans un monde instable où l’Homme est troublé par la multitude des informations émanant de médias dirigés et biaisés ».

Dans une allocution lue par le Directeur général de la Radio algérienne Djamel Senhadri, le directeur de la Radio Saint Coran, Aissa Hamdi a indiqué que la Radio algérienne « a accompagné les chantiers du développement dans le pays depuis les premières années de l’indépendance et a vécu les différentes mutations qu’avait connues le peuple algérien ».

Cette cérémonie a été marquée par la pose d’une  gerbe de fleurs et la lecture de la Fatiha du Coran, à la mémoire des chouhada de la Révolution, les journalistes et martyrs du devoir national, parmi les journalistes et travailleurs des deux établissements.

Des cadres, des journalistes et des techniciens ont été également distingués par un nombre de responsables, dont le Secrétaire général du ministère de la Communication, représentant le ministre de la Communication et porte-parole du Gouvernement, Amar Belhimer, le directeur d’Algérie Presse Service (APS), ainsi que des directeurs de stations de radio.