Accueil A la une Une commission mixte de wilaya à pied d’oeuvre

AïN EL HAMMAM - Immeubles menaçant ruine au centre-ville

Une commission mixte de wilaya à pied d’oeuvre

262

Le danger que représente le mouvement de terrain ayant fragilisé deux immeubles du centre-ville d’Aïn El Hammam a fini par attirer l’attention des responsables de la wilaya de Tizi Ouzou. Samedi dernier, en effet, une commission composée de plusieurs représentants des services de la wilaya, dont la DTP, la DUC, l’OPGI, l’hydraulique et le CTC, s’est déplacée sur le site pour s’enquérir de la gravité de la situation, dans la rue la plus fréquentée de l’ex-Michelet.

Et le constat est «alarmant», selon nos sources. Les immeubles en question ne cessent, en effet, de pencher vers l’aire du marché, en témoigne l’espace d’un mètre dont ils se sont écartés des immeubles voisins, au niveau du quatrième étage. L’effondrement serait «imminent», mettant en péril les riverains, les passants et les automobilistes.

Surplombant le marché bihebdomadaire, les deux édifices pourraient, s’ils venaient à s’écrouler, causer de grands dégâts. Selon monsieur Aït Salah Mohand Saïd, vice-président d’APC, les membres de la commission furent unanimes à décréter «l’urgence de la démolition de ces constructions, dans l’intérêt de la population». Pour discuter du problème de recasement des locataires, comme ce fut le cas en 2009, après la destruction des bâtiments de la rue Bounouar, l’APC a d’ores et déjà pris attache avec les concernés.

Ould Taleb Lyazid s’est entretenu avec les habitants et une vingtaine de commerçants qui ont leurs magasins au rez-de-chaussée. Un terrain d’entente aurait été trouvé entre les deux parties. Il semblerait que seuls les étages vont être démolis. Le reste sera maintenu en l’état pour servir de confortement à la rue et aux bâtiments situés en amont. Côté population, on ne s’alarme pas outre mesure.

Le quotidien se déroule normalement et les commerçants continuent à recevoir leur clientèle. C’est à peine si on note que le bitume s’est affaissé sur plus de cent mètres et qu’à certains endroits, les véhicules arrivent difficilement à traverser. Pour le moment, la mairie a pris des dispositions pour sécuriser les abords du marché, jugés les plus dangereux. Un périmètre de sécurité vient d’être établi et clôturé, ce qui a sensiblement réduit l’aire de vente des fruits et légumes. Mais la fermeture totale du marché ne semble pas à l’ordre du jour.

A. O. T.