Ce beau temps qui… inquiète

Partager

Le beau temps qui dure depuis plusieurs mois commence à inquiéter les paysans, qui ne cessent de scruter le ciel, clair et sans nuages. Habitués à un hiver avec pluies et neiges, ils doivent, la mort dans l’âme, se résoudre à accepter cette situation. Si, dans certaines régions, il a plu quelques fois, à Aïn El-Hammam, la population attend toujours ce bienfait de la nature, absent depuis le début du mois de décembre. Le sol, reste désespérément dur et poussiéreux. Les agriculteurs, qui vaquent à leurs travaux habituels, attendent toujours que le ciel daigne leur accorder sa clémence.

Les arbres, particulièrement fruitiers, ont fleuri, avant l’heure. C’est le cas des amandiers, des pruniers, alors que les cerisiers ne tarderont pas à leur emboîter le pas. Même les nuages passagers et les baisses de température nocturnes n’ont pas apporté les quelques pluies salvatrices, tant espérées. Le ciel redevient clair rapidement, au grand désespoir des éleveurs qui pensent se rabattre bientôt sur le fourrage pour nourrir leurs bêtes. Les vendeurs de foin sont d’ailleurs pris d’assaut chaque jour de marché.

Les chaleurs élevées pour la saison n’ont pas manqué également de se répercuter sur les sources naturelles, dont le débit commence à diminuer. Il est utile de préciser que pour se reconstituer, la nappe phréatique a besoin d’un hiver pluvieux. Cependant, on ne désespère pas de voir les mois de mars et avril apporter leur lot de pluies, qui réconforteront les paysans, en particulier, et la population, en général.

A. O. T.

Partager