Accueil Culture Septième édition du festival national du chant patriotique

Béjaïa A l’occasion des festivités du 5 Juillet

Septième édition du festival national du chant patriotique

2639

A l’occasion de la commémoration du cinquantième anniversaire de l’indépendance de l’Algérie, la ville de Béjaïa accueille du 4 au 10 du mois en cours la septième édition du festival national de la chanson patriotique, sous l’égide de la Direction de la Jeunesse et des Sports. En effet, le TRB vit depuis une semaine au rythme des chants patriotiques que présentent des dizaines de jeunes venus des quatre coins du pays. De Tamanrasset, d’Illizi ou d’Oum El Bouaghi, plus d’une vingtaine de troupes se sont succédé sur les planches de la grande salle de spectacles du TRB pour représenter leurs wilayas respectives par des chants patriotiques vantant le courage et l’abnégation des martyrs de la guerre de libération tout en retraçant l’histoire de celle-ci. La wilaya de Béjaïa est honorablement représentée par la chorale Taos Amrouche d’Ighil Ali qui s’est produite dans la matinée du samedi. Tout comme dans les six précédentes éditions, une compétition est organisée entre les différentes troupes pour repérer les trois meilleures d’entre elles auxquelles un jury composé de musiciens décernera des prix d’encouragement. Pour rappel, lors de la toute dernière édition, c’était la troupe Echeikh Aheddad de Seddouk qui a décroché le premier prix, suivie de la troupe El Kahina d’Oum El bouaghi qui a pu se mettre en deuxième position, puis vient la troupe de Bordj Bou Arérridj laquelle a été récompensée du troisième prix. Cette année, «le choix est difficile», à en croire les propos d’un membre du jury, eu égard aux efforts dont ont fait preuve les différentes troupes qui espèrent toutes décrocher une place sur le podium. Outre le concours de chant, le programme du festival comporte des sorties touristiques pour faire découvrir aux participants des autres wilayas la nature de la wilaya de Béjaïa et ses sites historiques, à l’image de l’incontournable Ifri Ouzellaguen où s’est écrite une grande page de l’histoire de l’Algérie. La cascade de Kefrida, dans la commune de Darguina, a été l’autre destination incontournable qui a été proposée aux invités. Le programme du festival a inclus également une exposition d’art au niveau du TRB qui a vu ses murs ornés des plus beaux tableaux réalisés par des artistes locaux et qui sont en rapport avec la révolution algérienne. Cette septième édition touchera à sa fin demain. Il est par ailleurs important de signaler, qu’elle n’a pas connu un grand engouement de la part du public qui s’est fait rare durant toute la semaine.

M. H. Khodja